Le parti MSD dans les rails de radiation


Le porte-parole de la cour suprême Agnès Bangiricenge confirme avoir reçu la lettre de demande de radiation définitive du parti Mouvement pour la Solidarité et la Démocratie MSD. Cette lettre dont l’objet était la demande de dissolution de ce parti a été transmise à la chambre administrative de la cour suprême, il y a exactement deux mois.



Par: Isanganiro , mercredi 11 octobre 2017  à 15 : 58 : 16
a

Au mois d’Aout, le ministre burundais de l’intérieur et de la formation patriotique a envoyé une lettre au président de la cour suprême pour demander la radiation du parti MSD, Mouvement pour la Solidarité et la Démocratie, après six mois de suspension. Pascal Brandagiye a signifié qu’après la suspension des activités politiques de ce parti sur le territoire burundais pendant depuis le mois de Mars , MSD a continué à violer le règlement d’ordre intérieur régissant les partis politiques. Le numéro un ayant l’intérieur dans ses attributions charge le MSD de commettre jusqu’à ce temps là des troubles graves à l’ordre public et d’atteinte à la sureté de l’Etat.

Pour Pascal Barandagiye, la chambre administrative de la cour suprême devrait dissoudre le parti MSD par une décision judiciaire car, ajoute -t-il, les membres de ce partis affichent un comportement qu’il qualifie de récidiviste, selon lui encourageant la haine et la violence.

Apres deux mois de cette correspondance, le porte-parole de la cour suprême Agnès Bangiricenge confirme avoir reçu la lettre de demande de radiation définitive du parti MSD, Mouvement pour la Solidarité et la Démocratie. Elle indique que pour que cette demande du ministère de l’intérieur soit effective, cette institution judiciaire doit d’abord statuer sur le fond de l’affaire. Bangiricenge dit néanmoins que le dossier n’est pas complet pour être analysé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

272 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 32 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 30 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 14 %)

Vers la restriction des libertés publiques ,(popularité : 14 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 13 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 13 %)

Les collinaires, des élections différentes des autres,(popularité : 13 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 13 %)

La recherche du troisième mandat paralyse l’Assemblée Nationale,(popularité : 13 %)

« La loi a été respectée », dit le directeur de la radio Isanganiro,(popularité : 13 %)