Deux syndicats du personnel soignant menacent d’entamer un mouvement de grève dans 14jours


Le personnel soignant regroupé au sien du SYNAPA et SNTS donne un délai de deux semaines à compter du 22 Octobre, date d’une réunion conjointe, aux institutions habiletés pour résoudre les problèmes qui préoccupent ces syndicats. Ils affirment avoir soumis ces préoccupations à la ministre de la santé , mais restent sans solutions.



Par: Isanganiro , mardi 24 octobre 2017  à 13 : 11 : 24
a

Dans un communiqué sanctionnant une réunion conjointe de ces deux syndicats tenue en date du 22 Octobre, ce personnel soignant affirme que la prise en charge médical du personnel soignant va en decrescendo. Et de demander à la ministre de la santé publique de comprendre que la question en rapport avec la prise en charge du ticket modérateur lui incombe et de faire son mieux pour qu’il n’ y ait pas de suspension de l’octroi des soins à son personnel et leurs ayants droit.

De cette réunion conjointe, rapporte Mélance Hakizimana, un des représentants de ces syndicats , la mutuelle de la fonction publique a monopolisé le marché des médicaments. Les membres de ces syndicats déplorent le manque de concertation dans l’octroi de ce marché de vente des médicaments. En plus, certaines cotisations des affiliées sont calculées par rapport à leurs salaires de base et pour les autres, elles sont déterminées sur base des salaires nets, ce qui est une injustice "notoire", qualifie le président national du SYNAPA.

Ces syndicats s’indignent contre le traitement de leurs dossiers lors des méconduites d’un personnel soignant." Nous ne sommes pas sécurisés au lieu du travail. Souvent, il y a des arrestations, des emprisonnements, des convocations et irruption des agents de sécurité à nos postes d’attache, au lieu de faire recours aux règlements régissant les structures de santé", déplore Mélance Hakizimana.

Les deux syndicats disent avoir soumis leurs préoccupations à la ministre de la santé publique, mais Mme Josiane Nijimbere ne s’est pas encore penché sur ce dossier. " Nous avons mené des échanges avec la ministre en plus du cadre social. Lorsque nous évoquions la question de la sécurité du personnel, la ministre a clôturé prématurément la séance", se lamentent les représentants de ces syndicalistes qui notent déjà un probable blocage dans le processus de résolution de ces problèmes .

Ces deux syndicats prévoient entamer un mouvement de grève dans quatorze jours à compter du 22 Octobre, si les partenaires du secteur de la santé à commencer par la ministre, ne trouvent pas des solutions aux préoccupations du personnel à travers un dialogue social franc ; ont conclu le SNAPA et le SNTS.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

157 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques





Les plus populaires
Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire ,(popularité : 17 %)

Le Général Rodrigue Bunyoni n’est plus ,(popularité : 6 %)

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 5 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 5 %)

Bururi : Des huttes côtoient des villas au chef-lieu de la province,(popularité : 5 %)

CONAPES rejette une fiche d’identification d’une catégorie d’enseignants en Mairie de Bujumbura,(popularité : 5 %)

Cooptation d’une note de 10% aux finalistes de l’école secondaire,(popularité : 5 %)

DPE Bururi : Difficile reconstitution des stocks en vivres à l’internat,(popularité : 5 %)

Les victimes du viol devaient poursuivre leurs bourreaux en justice,(popularité : 5 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 4 %)