Revue de presse du 28 Octobre 2017




Par: Isanganiro , samedi 28 octobre 2017  à 15 : 44 : 06
a

Le journal écrit que Bujumbura jubile, car il en a fini avec la Cour Pénale Internationale. Certains analystes considèrent ce retrait comme une confirmation de la culpabilité puisque plusieurs mécanismes internationaux ont toujours dénoncé de graves violations des droits de l’homme. Les réactions n’ont pas tardé comme les rapporte notre confrère :

Pour le conseiller principal à la présidence l’ambassadeur Willy Nyamitwe, ce n’est qu’une bataille gagnée. Les récentes révélations sur la profondeur de la corruption de cette cour donnent par ailleurs raison au Burundi.

La ministre de la justice affirme que les burundais n’ont pas de soucis à se faire. Aimée Laurentine Kanyana assure qu’au Burundi, nul n’est au-dessus de la loi.

Le vice-président du parti frodebu Léonce Ngendakumana trouve que la communauté internationale devrait constater la violation des droits de l’homme et agir.

Le porte-parole du cnared Pancrace Cimpaye se dit déçu que le retrait du Burundi du statut de Rome se fasse sans que la CPI lance des enquêtes ;

Quant à Nancy Ninette Mutoni, commissaire chargée de l’information au sein du parti Cndd fdd, le peuple a montré une fois de plus son unité et sa détermination à soutenir ses institutions face à cet instrument des impérialistes.

L’hebdomadaire Iwacu termine par la réaction de Me Armel Niyongere, un des avocats des familles qui ont porté plainte à la Cpi : pour lui, il faut savoir que même après le retrait du Burundi du statut de Rome, cette juridiction sera toujours compétente d’ouvrir une enquête.

L’Agence Burundaise de Presse Abp écrit que le Burundi fait encore face à l’épidémie de paludisme malgré une nette diminution des cas

Dans un atelier média sur la prévention du paludisme organisé par le Centre d’information , éducation, et communication en matière de population et développement CIEP, le directeur du programme national intégré de lutte contre le paludisme a indiqué que malgré les avancées, le Burundi fait toujours face à l’épidémie du paludisme. Au directeur général du Ciep d’inviter alors les médias à apporter leur contribution étant donné qu’ils restent les principales sources d’information de la population burundaise.

Un groupe d’élèves met en place un projet d’une revue scolaire spécialisée, titre le journal la voix de l’enseignant

Ils sont au nombre de 11 et tous élèves du Lycée Scheppers de Nyakabiga et fréquentant des niveaux et sections différents. Laly Bénita NIYONZIMA, élève de 1ère, principale promotrice de ce projet et se confiant à notre confrère indique que l’idée est née du constat fait de l’échec des différents clubs disciplinaires et culturels opérationnels dans les différentes écoles secondaires. Ces clubs, selon elle, n’ont jamais atteint le principal objectif assigné, celui de combler les failles en connaissances en différentes compétences attendues chez un élève du secondaire.

Toujours en page éducation, l’agence en ligne net press écrit sur une écolière de l’école Saint Archange de Ngozi Ange Gloria Mbabira, 9 ans, qui a versé sur un compte ouvert dans les livres de la banque de la République du Burundi, agence de Ngozi, une somme de 100.000 francs burundais pour une contribution des élections de 2020, avec mention sur le bordereau de versement, "Acquittement du devoir civique aux déroulement des élections de 2020". Et à cette agence d’ajouter que la politisation à outrance de la société burundaise n’est plus à démontrer car elle entame la tranche de la population jusqu’ici protégée des questions politiques.

Net Press revient aussi sur l’information faisant état de l’arrestation de 4 cadres du mouvement armée (Force patriotique du Burundi), dont le numéro 1, le général –major Jérémie Ntiranyibagira, le lieutenant-colonel Edouard Nshimirimana, numéro 2 , Libère Nzeyimana connu sous le sobriquet de Mahopa et une dame prénommée Liberate, représentante de ce mouvement en Tanzanie. Des sources non encore identifiés selon l’agence, indiquent que ces 4 personnes ont été arrêtées dimanche le 22 octobre 2017 par le service secret tanzanien et conduits manu militari dans les enceintes du service national des renseignements à Muyinga. Interrogé par plusieurs médias, les deux porte –parole de la police et du ministère de la défense se gardent de tout commentaire. Cependant, des sources du pays de John Pombe Magufuli, le Lt-Col Edouard Nshimirimana et le Gnl-Major J. Ntiranyibagira, connu sous le sobriquet de Nyenye, étaient en conflit ouvert avec Hussein Radjabu.

95 millions d’euros au bénéfice de la population burundaise, titre le journal Burundi éco

Le ministre des Finances, du Budget et de la Privatisation, Domitien Ndihokubwayo et le délégué de l’Union Européenne au Burundi Wolfram Vetter ont signé la convention de financement du programme d’appui à la résilience des populations du Burundi. Pour l’U.E, cette nouvelle mesure d’appui permettra de mettre en œuvre rapidement des actions dont vont bénéficier les plus vulnérables. Les 95 millions d’euros s’ajoutent aux financements des programmes lancés depuis 2015 pour un montant de 119,5 millions d’euros. Le ministre des Finances précise que ce programme permettra de contribuer à la réduction de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition en améliorant la productivité.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

132 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message