Revue de presse du 4 Novembre 2017




Par: Isanganiro , dimanche 5 novembre 2017  à 09 : 26 : 17
a

La Loi des lois » en danger, écrit Iwacu dans son éditorial.

Le retrait effectif du Burundi de la CPI le 27 octobre dernier a fait couler beaucoup d’encre au pays comme à l’étranger. Trois jours plus tôt, un autre événement appelé à changer profondément l’avenir du pays s’était passé : Le gouvernement avait adopté un projet de révision de la Constitution. L’opposition y a vu directement une manœuvre de laisser le boulevard libre au président Nkurunziza afin de régner jusqu’en 2034. Le mandat présidentiel passant au septennat renouvelable une fois. Des débats houleux, de vives réactions ont alors fusé de partout.

Pour Charles nditije ; président de la coalition de l’opposition en exil CNARED, c’est un coup d’arrêt au processus inclusif. Agathon Rwasa, président de la coalition Amizero y’abarundi et vice-président de l’assemblée nationale, espère que le parti Cndd-fdd n’est pas en manque de candidat.

Selon Jean de Dieu Mutabazi, il ne faut pas prêter des intentions à personne. Quant à Willy Nyamitwe, conseiller principal en communication à la présidence, il faut arrêter les spéculations.

Et pour Crisis Groupe, cette révision de la constitution fait coïncider le droit avec la réalité du pouvoir et confirme le système de pouvoir autocratique qui prévaut dans les grands Lacs où la force fait le droit et non l’inverse.

L’agence burundaise de presse APB écrit sur le lancement officiel par le président burundais des travaux d’exploitation des gisements d’or et des minerais à Mabayi en province Cibitoke

Le numéro un burundais a précisé, écrit ABP, que ce lancement fait suite à une convention entre le gouvernement burundais et une société d’origine russe dénommée Tanganyika Mining Burundi. Dans cette société mixte, le Burundi possède 15 pourcent. Tanganyika Gold S.A investira tous les fonds nécessaires pour une installation industrielle dans la province de Cibitoke afin de produire de l’or, du cuivre et de l’argent avec des méthodes industrielles modernes et le Président burundais plaide pour la construction d’une école technique enseignant l’exploitation minière en commune Mabayi.

Les recherches durant 4 ans, ont pu localiser l’existence de 14 tonnes d’or, 36 tonnes de cuivre et 15 tonnes d’argent sur le seul site de Cimba en commune Mabayi. Le permis d’exploitation minière pour cette société Tanganyika Mining Burundi S.M est de 25 ans.

Les enseignants redéployés, abandonnés à eux –mêmes, titre le journal la voie de l’enseignant

Les enseignants qui ont été envoyés travailler dans des localités éloignées de leurs domiciles sont confrontés à de nombreuses difficultés, notamment le manque de logement tout près du service et de l’argent nécessaire pour équiper les maisons louées. Par crainte de la révocation, ces enseignants sont obligés de débourser une grande somme d’argent pour se rendre au service. D’autres sont obligés de demander le « maquis » à leurs collègues qu’ils ont trouvés sur place.

A titre exemplatif, les enseignants qui ont été envoyés dans les écoles de la commune Isale, dans les localités de Kibuye, Rwamvura et Nyabuyumbu payent une somme de vingt mille francs de transport par jour, en plus de la restauration. Ils quittent la ville de Bujumbura au bord des bus de transport jusqu’à Rushubi, chef- lieu de la commune Isale. A partir de là, ils prennent la moto, qui n’arrive pas à la destination. L’un d’entre eux témoigne. Nous sommes obligés de marcher pendant deux heures pour arriver à destination », indique l’un d’eux. « Quand nous arrivons à l’école, nous sommes très fatigués, sans argent pour se rafraichir ou pour se restaurer.

Michel Kafando encore une fois dans nos murs, écrit l’agence en ligne net press

L’envoyé spécial de l’Onu au Burundi, l’ancien président burkinabé, Michel Kafando, a fait un bref passage ce 30 octobre 2017 où il s’est entretenu avec le ministre des relations extérieures et de la coopération internationale, Alain Aimé Nyamitwe, note l’agence en ligne

Il a abordé la question du haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme au Burundi ainsi que la mission des experts. Selon Tatien Sibomana, porte-parole de l’Uprona non reconnu par le ministère de l’intérieur, l’envoyé spécial de l’Onu a quitté Bujumbura le 31 octobre 2017 à destination de Dar-es-Salam où il doit rencontrer le facilitateur dans le conflit burundais, Benjamin William Mkapa.

Il devra retourner de nouveau au Burundi vers la fin de cette semaine et il compte discuter avec les différents protagonistes et groupes de pression basés à Bujumbura. Il devrait donner également rapport de son entretien avec le facilitateur.

La BRB autorise le virement des transferts instantanés en devises, écrit burundi Eco

Après près de deux ans d’interdiction, la Banque de la République du Burundi (BRB) autorise les banques commerciales à effectuer les transferts instantanés en devises. Ainsi les bénéficiaires des fonds via le transfert instantané peuvent désormais retirer l’argent en devises :

Sur le marché parallèle dit aussi marché noir, les cours de change sont en nette régression dans la plupart des bureaux de change. Lundi 30 octobre 2017, la valeur d’1 USD a varié entre 2300 et 2500 FBu alors qu’un seul dollar s’échangeait la semaine passée à 2800 FBu. Et, pour l’euro, un euro est passé de 3 300 FBu à 2 800FBu, soit une baisse de 500 FBu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

101 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message