Muyinga : Les exploitants anarchiques de l’or n’ont aucun souci de la protection de l’environnement.


Les orpailleurs continuent leurs activités sous le regard impuissant des habitants proches des sites menacés d’écoulement. La police de protection civile fait des descentes sur les sites pour dissuader les exploitants illégaux à cesser les activités. Des arrestations sont parfois opérées mais toutes les mesures ne sont nullement pas dissuasives auprès de ces exploitants pour qui les mines sont leur seule source de survie.



Par: Isanganiro , lundi 6 novembre 2017  à 17 : 55 : 14
a

Sur le versant de la colline Kinyota, vers Cibari en commune de Muyinga, une grande partie du sol est dénudée. Des trous et des tranchées sont visibles sur un sol essentiellement caillouteux. Les exploitants illégaux d’or font des rentrées dans ces trous dans ce site localisés en périphérie du centre urbain de Muyinga.

Les orpailleurs n’ont aucun souci quant à l’exigence de protection de l’environnement, apprend-on d’un habitant de la localité dont sa parcelle a fait objet de ces exploitations. Ils détruisent tout sur leur passage, ajoute une cultivatrice qui a vu sa propriété de la vallée en aval couvert de cailloux et actuellement inexploitable. "Devant la puissance de l’argent, nous nous taisons, ces petits exploitants travaillent pour le compte des richards dénommés BOSS, si non ces activités auraient été stoppées par les services compétents", renchérit –elle sous couvert d’anonymat.

« La » police en est-elle au courant ?

Des policiers en charge de protection civile font fréquemment des descentes sur le site. Des orpailleurs sont arrêtés ou des objets tels les pioches, les houes …saisis, tel le cas samedi dernier. Les agents d’ordre sont parfois complices de ces exploitations, a-t-on appris sur place. Quand on est attrapé, il faut payer en peu de sous pour être relaxé avant que tu ne sois présenté devant un Officier de police judiciaire, révèle un orpailleur. La mine c’est la vie, malgré les appels incessants des administratifs quant au danger de ces exploitations, nous continuons à creuser juste pour trouver de quoi nourrir les familles, ajoute-t-on.

Il y a une année, l’administration communale avait lancé une campagne de reconstruction du couvert végétal sur les sites d’exploitation d’or.L’opération a duré quelques semaines. Des sources administratives indiquent que c’est la police de protection civile qui a les capacités de traque de ces exploitants illégaux. Les policiers contactés affirment faire de leur mieux pour tenter d’arrêter ceux qui ont un système de surveillance d’une probable présence d’un agent de sécurité. En Commune de Muyinga, l’or est aussi exploité anarchiquement sur les collines de Cibari et Nyagatovu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

242 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Que deviennent les occupants de la zone réservée à la station d’épuration de Buterere ?



a

Bubanza : Une trentaine de tombes détruites au cimetière de Mpanda



a

Musaga : Le ravin de Muzenga, une menace sans précédent



a

Bujumbura : Le Pont Muha risque de disparaitre



a

Burundi : Une stabilisation des rives en étapes ?



a

La mairie de Bujumbura demandent aux mécaniciens d’aérer les rues de Buyenzi



a

Environnement : La peur au ventre des habitants de Buterere à la veille de la période pluvieuse



a

Bujumbura : L’eau du lac Tanganyika en vert , coté Bujumbura Mairie



a

La réserve naturelle forestière de Vyanda en proie aux incendies



a

Des palettes de la Brarudi dans la fabrication de meubles





Les plus populaires
Que deviennent les occupants de la zone réservée à la station d’épuration de Buterere ?,(popularité : 10 %)

Bubanza : Une trentaine de tombes détruites au cimetière de Mpanda,(popularité : 4 %)

Musaga : Le ravin de Muzenga, une menace sans précédent ,(popularité : 4 %)

Bujumbura : Le Pont Muha risque de disparaitre ,(popularité : 2 %)

Des palettes de la Brarudi dans la fabrication de meubles ,(popularité : 2 %)

La mairie de Bujumbura demandent aux mécaniciens d’aérer les rues de Buyenzi ,(popularité : 2 %)

Cibitoke : Le lac Dogodogo, petit mais fait vivre beaucoup de familles,(popularité : 2 %)

Environnement : Après Kiyange, c’est le tour de Gatumba,(popularité : 2 %)

Environnement : La peur au ventre des habitants de Buterere à la veille de la période pluvieuse ,(popularité : 2 %)

Bururi : Les terres cultivables doivent être amendées à la chaux agricole,(popularité : 2 %)