Burundi : Le maïs en disparition à Mwaro


La culture du maïs en province Mwaro est menacée par des chenilles légionnaires. Les cultivateurs se lamentent que des médicaments contre ces ravageurs ne sont pas rendus disponibles dans les meilleurs délais. Ils craignent la famine. A la Direction provinciale de l’agriculture et l’élevage, on demande à ces cultivateurs de contribuer pour l’achat des phytosanitaires.



Par: Isanganiro , mardi 21 novembre 2017  à 09 : 19 : 40
a

Ces chenilles légionnaires qui menacent la culture du maïs en province Mwaro ont commencé à attaquer cette plante depuis les mois de juillet et aout derniers. Selon ces cultivateurs, depuis le début de la saison culturale A en Septembre dernier, ces ravageurs ont entaqué les champs de maïs sur les collines.

Nahimana Véronique, une maman d’une quarantaine d’années rencontrée dans son champ sur la colline Bisha en commune Rusaka explique que le maïs constitue un aliment de base. Nahimana ne sait sur quel pied danser, étant donné que le médicament contre ces ravageurs n’est pas encore disponible.

Ces chenilles s’installent dans la tige de la plante, nous a indiqué un habitant de la colline Rutyazo en commune Kayokwe. Les feuilles de ces maïs sont enfin asséchées et trouées.

Le directeur de la Direction Provinciale d’Agriculture et de l’Elevage en province Mwaro dit que ces chenilles légionnaires sont présentes dans toutes les six communes de la province Mwaro. François Ninteretse conseille aux agriculteurs de se regrouper en associations pour donner leur contribution car, précise-t-il, ces produits phytosanitaires sont relativement chers.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

132 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 24 %)

Sous pression, le président suspend l’attribution du terrain de l’ancien marché central aux chinois,(popularité : 7 %)

L’Onu reste au côté du Burundi ,(popularité : 7 %)

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs ,(popularité : 7 %)

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence,(popularité : 6 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 4 %)

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout,(popularité : 4 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 4 %)

Colloque sur l’élevage au Burundi : les acteurs veulent moderniser le secteur,(popularité : 4 %)

Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale ,(popularité : 3 %)