Muyinga : Des centaines de pylônes en décomposition au centre de négoce en besoin d’électricité.


Plus de deux cent pylônes en bois sont entassés à moins de vingt mètre du bureau de l’administrateur de la commune Mwakiro.Une perte énorme pour la commune dont les habitants réclament l’électrification de leur centre.Les autorités parlent d’un projet qui a raté il y a une dizaine d’années.



Par: Isanganiro , vendredi 24 novembre 2017  à 13 : 48 : 11
a

Le chef lieu de la commune est un centre de négoce situé à une cinquantaine de kilomètres vers le Sud de la province Muyinga."Nous vivons dans un centre avec l’électricité en papier", murmure un habitant pointant du doigt les pylônes entassés juste à quelques mètres de l’entrée du bureau de l’administrateur de la commune. Mwakiro devraient être éclairé mais voilà le matériel qui devrait être utilisé est en décomposition, ajoute-t-on,avec un ton de regret. Comment justifier qu’on apporte des pylônes à déposer sans envisager leur usage,c’est du détournement ,ajoute M.Bernard Niyonkuru ,habitant de la localité.

A la vue de ces pylônes, nous sentons l’injustice, renchérit un propriétaire d’un salon de coiffure au marché de Mwakiro,à une centaine de mètre à partir de l’endroit où sont entassés lesdits pylônes.Pour des métiers nécessitant le courant etectrique, Mwakiro se sert de groupes électrogènes ou de l’énergie produite à partir ddes rayons solaires,peut-on constater sur place.Tous les résidents de la localité convergent sur le fait que le développement est handicapé par ce retard de l’electrification promise depuis des années.

A qui la responsabilité ?

Les administratifs à Mwakiro précisent que ce bois en décomposition a été emmené sur les lieux vers les années 2003 via un projet d’alors dénommé PREBU.L’activité n’a pas été réalisée,les gestionnaires actuels de la commune n’en savent quoi faire.A la REGIDESO ,société en charge de l’eau et électricité au Burundi,une source indique que l’électrification des milieux ruraux n’est pas de l’apanage de cette société s’occupant de tels services en villes.

Si par pylône des milliers de francs bu sont généralement exigés à ceux qui réclament du courant pour leurs habitations,pourquoi ne pas récupérer ce matériel de Mwakiro ? La même source indique que les propriétaires sont les seuls autorisés à les utiliser .Aujourd’hui,personne ne prétend en être propriétaire.Des résidents de Mwakiro demandent plutôt des enquêtes sur la destination des fonds qui se sont volatilisés et les auteurs de ce qu’ils qualifient de fiasco.Pareille situation est également signalée au centre de Gisanze en commune Gashoho.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

175 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 50 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 15 %)

Foire informatique : Les jeunes moins intéressés ,(popularité : 12 %)

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés,(popularité : 11 %)

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée ,(popularité : 11 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 10 %)

Rumonge : Le site des eaux thermales de Mugara peu fréquenté,(popularité : 10 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 9 %)

Des véhicules de l’armée, de la police, des ONG, des ambulances dans la fraude ,(popularité : 9 %)

Grognes des abonnés de la Regideso à Buyenzi,(popularité : 9 %)