La 4ème session du dialogue burundais en cours depuis ce lundi à Arusha




Par: Isanganiro , lundi 27 novembre 2017  à 11 : 36 : 26
a

Le dialogue entre les protagonistes dans le conflit burundais se déroule à Arusha en Tanzanie depuis le matin de ce lundi. Selon notre reporter sur place, certains invités dont les anciens chefs d’Etat, les leaders des partis politiques et certaines organisations de la société civile sont déjà arrivés au lieu où doit se tenir ces pourparlers.

Au total , huit points sont à la table du dialogue. Il s’agit entre autres de la sécurité, lutte contre la criminalité et l’éradication de l’impunité selon la médiation.

Certains leaders politiques réussis au sein de la plate forme des opposants burundais, dit CNARED ont décliné l’invitation de la médiation pour des raisons, disent-ils de sécurité et d’exclusivité. Malgré le communiqué de presse de la facilitation rendu public ce dimanche répondant aux préoccupations de 18 organisations de la société civile parmi lesquelles se trouvent celles qui ont été radiées par le Gvt burundais, seule l’Olucome a changé sa position.

Les informations en provenance du Cnared indiquent qu’ils tiennent une réunion au cours, une évaluation complète du communiqué de la médiation sera au menu.

Des participants réagissent

Pour Evariste Ngayimpenda, homme politique de l’opposition, toutes les parties dans le conflit burundais ont été invitées. « La question qui se pose est de savoir s’ils vont prendre part au dialogue », dit professeur Ngayimpenda.

Ngayimpenda qui n’est pas partisan de la chaise vide estime que ceux qui déclineront l’invitation de la facilitation ont des raisons qui leur sont propres.

Cependant quelque soient les raisons, Ngayimpenda considère que le mieux serait qu’ils soient présent pour qu’ils puissent présenter leurs doléances, car même ceux qui sont présent ont des griefs. « Si nous sommes présent cela ne signifie pas qu’il n’y a pas à déplorer, mais nous préférons être présent pour dénoncer ce qui ne marche pas », fait-il remarquer.

Pour Ngayimpenda, il ne reste que l’engagement de tout un chacun pour que ce dialogue aboutisse.

Sheikkajandisadiki de la communauté Islamique du Burundi trouve qu’il faut que le dialogue aboutisse pour permettre aux burundais en exil de rentrer. Se disant favorable au dialogue, ilespère que ledit dialogue en cours pourra aboutir à des conclusions satisfaisantes. Toutes fois, il souligne que ceuxqui sont poursuivis par la justice doivent répondre de leurs actes.

Les travaux de ce lundi à Arusha se déroulent loin des regards curieux des journalistes. Ils ont été sommés de se mettre à l’écart et privés par la police tanzanienne de pendre des images. La médiation de son côté précise que l’ouverture officielle est prévue ce mardi 28 novembre 2017.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

210 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 49 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 24 %)

Manifestation avec cercueil par Guillaume Harushimana à la Rpa ,(popularité : 22 %)

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface,(popularité : 22 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 21 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 21 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 21 %)

Une personne tuée et d’autres blessées dans des violences à Bujumbura,(popularité : 18 %)

Les collinaires, des élections différentes des autres,(popularité : 17 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 17 %)