La nouvelle législation sur le CNC : une adoption sous controverse


Adoption ce jeudi par l’assemblée nationale du projet de loi portant mission, composition, organisation et fonctionnement du conseil national de communication, CNC à 87% pour, à l’exception des députés de la coalition Amizero y’abarundi et un député de l’Uprona qui ont voté contre.



Par: Isanganiro , vendredi 1er décembre 2017  à 10 : 36 : 04
a

Le ministre des postes, des technologies de l’information, de la communication et des médias, a dans son exposé de motif a indiqué que ce projet de loi va permettre au conseil national de la communication (CNC) de procéder à la régulation des médias.

La nouveauté de ce projet de loi, selon le ministre en chargé de la communication, est l’introduction de la carte de presse avec un double avantage à l’interne qu’à l’externe du pays. Pour Nestor Bankumukunzi, à l’interne, loi vient répondre au souci de la professionnalisation. « On a constaté qu’il y avait des aventuriers qui s’improvisaient dans le métier », explique le Ministre. A l’externe poursuit-il, les journalistes ont du mal à exercer convenablement leur métier à l’étranger faute de la carte de presse qui est souvent une exigence pour identification.

Comme autres innovations , la nouvelle législation donne aux membres du conseil de communication le pouvoir de retirer la carte de presse aux journalistes, de contrôler les contenus publicitaires, cinématographiques et électroniques. Pour le ministre Nestor Bankumukunzi, il s’agit d’une loi qui vient promouvoir la liberté de la presse et le libre accès à l’information pour tous.

Les députes s’en inquiètent

Pour le député André Ndayizamba, "il est contradictoire d’instaurer une loi sur la presse alors que les médias signent de contrat avec le CNC". L’organe de régulation , précise t -il, doit garder ses compétences prescrites par la loi et ainsi éviter des contrats entre les médias.

L’article 32 de la nouvelle législation de la presse donne les prérogatives au ministre de la communication de réunir en session spéciale les membres du CNC. "Il s’agit là de la volonté délibérée de donner des injonctions aux membres de ce conseil, ce qui handicape l’indépendance réelle du CNC", remarque Pierre Célestin Ndikumana, président du groupe parlementaire de cette coalition. Pour Pamphile Malayika, de son côté , la nouvelle législation régissant le CNC devrait être une occasion de rouvrir les médias fermés.

Sur ceux , le ministre Bankumukunzi ne passe pas par quatre chemins. "La décision de ne pas rouvrir ces stations de radios a été prise par des organes compétents". Par rapport aux contradictions évoquées, le Ministre Bankumukunzi réagit. ’’L’indépendance du CNC ne signifie pas travailler en solo" ; a martelé le ministre Nestor Bankumukunzi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

115 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 6 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 6 %)

3ème mandat : L’archevêque de Gitega conteste en usant de rhétorique ,(popularité : 5 %)

Ils seraient sur le point d’être réconciliés ,(popularité : 4 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 4 %)

QPN : Les élections présidentielles se sont déroulées « dans le calme et dans la transparence »,(popularité : 4 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 4 %)

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !,(popularité : 4 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 3 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 3 %)