Modification de la constitution : Amizero y’Abarundi boycotte le coup d’envoi


Le dialogue inter-burundais d’Arusha ayant accouché d’une souri, le gouvernement du Burundi a, selon l’opposition, décidé de passer à une vitesse de croisière vers le référendum pour la modification de la constitution. Lancée ce mardi 12 Décembre dans la commune Bugendana en province de Gitega, la campagne d’explication se déroule en l’absence des députés de la coalition Amizero y’Abarundi.



Par: Isanganiro , mardi 12 décembre 2017  à 20 : 41 : 51
a

Cette coalition présidée par le 1er vice-président de l’assemblée nationale Agathon Rwasa a boudé le lancement officiel des activités qui se déroule au centre du pays. Pour cause, elle dénonce la violation de l’article 200 du code électoral, lequel article stipule que chaque modification de la loi fondamentale ou toute autre loi importante dans la vie du pays doit passer devant les deux vice-présidents de la République et devant les bureaux des deux chambres du parlement. « Cela n’a pas été le cas », s’indigne M. Rwasa

Au sein de l’opposition au pouvoir de Pierre Nkurunziza, on estime que c’est le passage en force du gouvernement Burundais. Le parti Imbogoraburundi Parena qui le décrie, dénonce le lancement dans l’opinion d’un projet dont le contenu a été caché à la classe politique dans sa diversité. « Cela laisse penser qu’il ya des non-dits », déplore Zénon Nimubona, président du Parena. Selon lui, qui dit la population, dit également la classe politique. N’étant pas hostile au changement de la loi mère, il soutient que toute modification devrait s’inspirer de l’article 299 de la constitution qui indique dans quelles mesures la loi fondamentale peut être revisitée.

En effet, pour le Parena, c’est contradictoire d’adhérer au principe du dialogue et de passer à une vitesse supérieure pour une question qui n’a pas été vidée. M. Nimubona explique que la modification de la constitution a été le point de discorde lors de la dernière session des pourparlers inter-burundais qui ont eu lieu en République Unie de Tanzanie, du 27 novembre au 8 Décembre 2017.

De son côté, le parti Union pour le progrès nationale (UPRONA) estime qu’il appartient à la population de trancher par la voie des urnes. C’est à elle de juger si les modifications apportées dans la constitution sont convenable ou pas. Olivier Nkurunziza, le secrétaire général du parti de Rwagasore, dit que son parti a été consulté à plusieurs reprises. « Non seulement nous avions un représentant au sein de la commission qui a proposé les amendements, mais également nous avons été consultés à différentes étapes », affirme M. Nkurunziza avant d’ajouter : « Nous espérons que nos contributions seront prises en compte ». Il renchérit néanmoins que dans le cas contraire, les responsables de son parti se gardent d’appeler les Badasigana à voter « Non » lors du grand rendez-vous pour le référendum.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

301 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par jewe jean   ce  mercredi 13 décembre 2017   à 20 : 45 : 37

EWE OLIVIER AMENYO ARAGUTWENGA ATARAYAWE !!!!



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation



a

Muyinga : Une personne perd la vie suite aux échauffourées "politiques"



a

Le parlement burundais ouvre sa session d’avril





Les plus populaires
Agathon Rwasa opte pour CNL que FNL,(popularité : 14 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 11 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 7 %)

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation",(popularité : 7 %)

La restriction des libertés publiques n’est qu’une perception, Laurent Kavakure ,(popularité : 7 %)

Makamba : Le frère de Gahimbare plaide pour sa sécurité ,(popularité : 7 %)

Les Imbonerakure en veulent à Anselme Nyandwi ,(popularité : 6 %)

Des manifestations aux allures de violences ciblées ,(popularité : 6 %)

L’Union Européenne renouvelle les sanctions contre 4 personnes ,(popularité : 6 %)

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC,(popularité : 6 %)