Le Burundi attend des clarifications sur l’élection du président de l’EALA


Dans une conférence publique animée depuis la province de Kayanza ce vendredi, le président de la république du Burundi affirme que l’élection du président de l’assemblée législative de la communauté est africaine a été caractérisée par une violation de la loi. Le Burundi attend des clarifications pour prendre sa décision, dit-il.



Par: Isanganiro , vendredi 29 décembre 2017  à 17 : 11 : 46
a

Selon le président de la république du Burundi , les textes et lois régissant la communauté est africaine sont claires. Pour lui, les élections du président de cet organe portent sur les candidats présentés par le pays concerné selon le principe de rotation. « Le Burundi a été surpris par la note du conseiller juridique sur le déroulement des élections. S’il faut considérer l’ordre alphabétique des trois pays restants dont le Burundi, le Rwanda et le Sud soudan, c’est le tour du Burundi’ », déplore le président Nkurunziza.

Pour le numéro un burundais, il s’agit d’une stratégie préméditée que le Burundi digne de son nom ne peut pas admettre qu’il y ait une transgression de la loi. « La stratégie utilisée, nous disons qu’il s’agit d’une tricherie, « Amanyanga » en Kirundi , ce qu’on ne peut pas soutenir », ajoute – il.

Le président Nkurunziza déplore également que l’appel au respect du principe de rotation lancé par le président ougandais, aujourd’hui à la tête de l’EAC vu la note du choix des candidats, n’a pas été entendu voire même, dit –il le clin d’œil du conseiller juridique en pleine élection, sur la violation des lois. Pour le président burundais, derrière ces élections, il y avait d’autres visés.

Pour ce, ajoute le président burundais, il y a eu une injustice pour le Burundi. Selon lui, les députés burundais siègent encore mais ne reconnaissent pas la procédure mise en œuvre pour élire son président. Le Burundi, dit-il, attend toujours des clarifications sur une probable modification des textes régissant la communauté est africaine, ce qui permettra savoir sur quel pied danse, martèle le président Pierre Nkurunziza.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

168 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité ,(popularité : 23 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 12 %)

Le Burundi face à deux capitales,(popularité : 10 %)

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité",(popularité : 10 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 6 %)

La CENI de 2015 : Comment retoucher la constitution du Burundi,(popularité : 6 %)

La rencontre rouvrira l’espace politique ,(popularité : 6 %)

Des travaux d’exhumation des restes du dernier roi du Burundi lancés ce mardi à Gitega,(popularité : 6 %)

Kayanza : les politiciens se réunissent pour 2015, entente précaire ,(popularité : 6 %)

Les ONG contre le nouveau projet de loi sur la presse,(popularité : 6 %)