Burundi : Le président complète la liste des conseils nationaux prévus par la constitution de 2005


Le président de la République a procédé le 29 décembre dernier à la nomination des membres du bureau de l’observatoire national pour la prévention et l’éradication du génocide, des crimes de guerre et des autres crimes contre l’humanité. Le bureau est présidé par Jean de Dieu Mutabazi, tandis que Joseph Sinabwiteye et Emérence Bucumi sont respectivement vice-président et secrétaire général.



Par: Isanganiro , mercredi 3 janvier 2018  à 14 : 44 : 31
a

L’observatoire national pour la prévention et l’éradication du génocide, des crimes de guerre et des autres crimes contre l’humanité , est un organe consultatif prévu dans la constitution burundaise de 2005. A part la mission de prévenir et éradiquer les actes de génocide, les crimes de guerre et les autres crimes contre l’humanité, l’article 274 de la constitution prévoit que l’observatoire est également chargé de suggérer des mesures pour lutter efficacement contre l’impunité des crimes ; promouvoir la création d’un observatoire régional, et un front national inter-ethnique de résistance contre le génocide, les crimes de guerre et autres crimes contre l’humanité, ainsi que contre la globalisation et la culpabilisation collective.

L’observatoire est aussi chargé de promouvoir une législation contre le génocide, les crimes de guerre et les autres crimes contre l’humanité, et d’en suivre le strict respect, mais aussi proposer des politiques et des mesures pour réhabiliter les victimes de ces actes. Il doit par ailleurs contribuer à la mise en œuvre d’un vaste programme de sensibilisation et d’éducation à la paix, à l’unité et à la réconciliation nationale.

L’article 275 de la constitution stipule que l’Observatoire produit un rapport annuel qu’il soumet au Président de la République, au Gouvernement, à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Et l’article de 276 de préciser qu’une loi organique détermine les missions, la composition, l’organisation et le fonctionnement de l’Observatoire national pour la prévention et l’éradication du génocide, des crimes de guerre et des autres crimes contre l’humanité.

Cet observatoire vient s’ajouter à trois autres déjà fonctionnels au Burundi. Il s’agit du conseil national de la communication , du conseil national de la sécurité nationale et le conseil national chargé des questions économiques et sociales.

En plus de ces organes, le président de la république a également mis en place vers la fin de l’année 2017 le cinquième observatoire tel que le prévoient la constitution et les accords d’Arusha. Il s’agit du conseil national de l’unité nationale et de la réconciliation. A la tête se trouve l’Amb. Guillaume Ruzoviyo, Alice Nzomukunda et Mgr Justin Nzoyisaba étant respectivement vice-présidente et secrétaire général.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

188 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : le parti CNL déplore l’intolérance politique qui perturbe ses activités



a

Burundi : Les partis politiques demandent l’inclusion au sein des CEPI



a

Burundi : Le parti CNDD va participer aux élections sous des conditions



a

Burundi : Intolérance politique à Rweza, les habitants craignent la vengeance



a

Burundi : le 1er vice-président de la République appelle la presse à accompagner le processus électoral



a

Burundi : Le CNARED, tend-t-il la main à Gitega ?



a

Rumonge : Une permanence du Cnl vandalisée



a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique





Les plus populaires
Burundi : le parti CNL déplore l’intolérance politique qui perturbe ses activités,(popularité : 42 %)

Cossan Kabura : La réunification des ailes du PALIPEHUTU reste possible,(popularité : 27 %)

Burundi : Les partis politiques demandent l’inclusion au sein des CEPI,(popularité : 18 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 16 %)

Politique : L’Eglise catholique contre la contribution forcée aux élections,(popularité : 14 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 14 %)

La recherche du troisième mandat paralyse l’Assemblée Nationale,(popularité : 14 %)

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface,(popularité : 13 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 13 %)

Burundi : Le parti cndd-fdd accuse Agathon Rwasa d’entretenir un groupe criminel ,(popularité : 13 %)