Rumonge : Un conflit foncier entre l’église anglicane et un particulier


L’église anglicane paroisse de Rumonge représentée par Monseigneur Pédaçuli Birakengana d’un coté et la famille Zainabu représentée par Ali se disputent les limites de leurs parcelles et des heurts entre les fidèles de cette église de Rumonge et les membres de cette famille ont éclaté depuis une semaine. Un article d’un jugement rendu oppose les des parties et le secrétaire permanent au Ministère de la justice a du se rendre sur terrain pour apaiser la tension.



Par: Isanganiro , vendredi 19 janvier 2018  à 09 : 51 : 24
a

Une délégation du Ministère de la justice et garde des sceaux conduite par Arcade Harerimana, secrétaire permanent audit Ministère a visité l’après-midi de ce mercredi 17 janv.18 la parcelle litigieuse entre l’église anglicane paroisse de Rumonge et la famille Zainabu. Le secrétaire permanent au ministère de la justice a expliqué que le motif de leur déplacement jusqu’à Mugomere n’était autre que de s’enquérir de la réalité sur terrain en rapport avec le problème de limites des parcelles des deux parties, un problème qui est allé jusqu’au cabinet du ministre de la justice dans un jugement pourtant coulé de force jugée.

Les deux parties qui ne font la même lecture de l’article 4 qui fixe les limites des deux parties selon le jugement rendu en 2014 ont tour à tour montré les limites selon leur interprétation de cet article. Cette démarche ne conduira pourtant pas à départager les deux parties en conflit, l’envoyé du ministre de la justice se contentant seulement de demander aux deux parties d’attendre la décision que sortira la cour d’appel de Bururi désignée pour la clarification de cet article différemment interprété.

Les deux parties sont rentrées insatisfaites : l’église anglicane n’aura pas l’autorisation de continuer l’aménagement de la pelouse en respectant le bornage selon le jugement rendu en 2014 alors que la famille Zainabu continue d’exploiter tranquillement sa partie. De son coté, la famille Zainabu n’obtiendra pas la partie revenue à l’église anglicane mais que cette famille réclame tout en exploitant sa partie lui revenue de par ce jugement depuis deux ans.

Certaines personnes sur place n’ont pas compris comment un tribunal peut des repères qui peuvent disparaitre et cela sans aucun croquis.

La goutte d’eau qui a fait débordé le vase a été le début de l’aménagement par l’église anglicane de Rumonge en pelouse la partie lui revenue selon l’arrêt de 2014 et la famille Zainabu s’y est opposée. Depuis plus d’une semaine, les deux parties se regardent en chien de vaillance et se sont même affrontés à plusieurs reprises sur ce terrain physiquement et verbalement avec chaque fois une intervention rapide de la police et de l’administration.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

188 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 6 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 6 %)

Bientôt une année après l’incendie du marché central , leur douleur est loin d’être cicatrisée,(popularité : 5 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 4 %)

UB : Des nominations objets de remous,(popularité : 4 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 4 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 4 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 4 %)

Bubanza : HONYORA UKARABE, un dispositif pour le lavage des mains ,(popularité : 3 %)

La Communauté Islamique divisée plus que jamais ,(popularité : 3 %)