Bouteilles plastiques usagées, déchets « profitables »


Les bouteilles en plastiques utilisées dans la commercialisation des eaux minérales et les limonades sont également utilisées dans la commercialisation de l’huile de palme et de coton au Bujumbura City Market (BCM) communément appelé chez Sion. La société Kinju, une société de transformation de l’eau minérale affirme que ces bouteilles sont à usage unique.



Par: Isanganiro , jeudi 25 janvier 2018  à 17 : 10 : 01
a

Au marché de chez Sion, les vendeurs détaillants de l’huile de palme ou de coton le font en utilisant des bouteilles en plastiques usagées. Différentes marques de bouteilles s’observent sur les tables où s’effectue la vente de ces huiles de cuisson.

JPEG - 23.5 ko

Un des commerçants rencontrés sur les lieux dit nettoyer ces bouteilles avant de les utiliser« Quand une bouteille est sale je dois enlever les saletés pour y mettrel’huile que je vends. », dévoile ce vendeur avec un air amusé. A côté de lui, une autre commerçante fait savoir que l’ « odeur » de la bouteille l’aide à faire le choix : « Je dois sentir ces bouteilles pour savoir celles que je vais utiliser en premier, si elles ont une odeur désagréable je suis obligée de les nettoyer ». Un constat amer est qu’il y a des commerçants qui vendent leurs produits dans des récipients qui ne sont pas nettoyés.

Pour avoir ces bouteilles, la collecte est faite par des enfants ou parfois même sur « commande » : « Nous travaillons avec des jeunes garçons qui passent dans les ménages pour chercher ces bouteilles déjà utilisées et nous faisons des tris pour garder celles qui sont en bon état. » précise une commerçante en versant de l’huile de palme dans une des bouteilles « lavées ». Elle ajoute également qu’ils s’arrangent avec les employeurs des hôtels ou des bars pour une livraison des bouteilles jetées.

Ces vendeurs doivent débourser un peu d’argent pour avoir ces « récipients » de travail : « Pour la grande bouteille, nous donnons 100Fbu selon sa qualité et à ce même prix on peut avoir 4 petites bouteilles ». A part la vente de l’huile de cuisine, ces commerçants affirment qu’il y a certaines personnes qui utilisent ces bouteilles pour la commercialisation du lait ou de la bière locale.

Pour eux, ces objets ne sont pas à jeter car ils leurs sont bénéfiques. En contrario, l’entreprise Kinju, société de transformation de l’eau minérale a déjà expliqué que ces bouteilles sont à utiliser qu’une seule fois. Information apparemment méconnue de ces vendeurs.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

272 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo





Les plus populaires
Le secteur de l’éducation "en ruine" !,(popularité : 95 %)

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 11 %)

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés,(popularité : 6 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 5 %)

Le charbon de bois , un produit rare à Bujumbura ,(popularité : 5 %)

L’effectif des abandons scolaires est inquiétant au Burundi,(popularité : 5 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 5 %)

Muyinga : Les mutuelles de santé communautaires s’implantent tant bien que mal,(popularité : 5 %)

Burundi : Le redéploiement des enseignants : Même la gardienne touchée à Musaga I,(popularité : 5 %)

Des burundais expulsés de la Tanzanie,(popularité : 5 %)