Appel à une conjugaison d’efforts en sauvetage de la monnaie burundaise




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 16 avril 2012  à 11 : 46 : 10
a

« La crise économique qui, depuis un certain temps, secoue l’Europe produit des effets de contagion sur l’économie Burundaise puisque les bailleurs de fond n’ont pas continué à soutenir le pays comme de part le passé, » ce sont les propos de Gaspard Sindayigaya, Gouverneur de la Banque de la République du Burundi, BRB. Il avait animé un point de presse au sortir d’un débat autour du thème « Les lendemains de super endettement au Burundi » dans lequel avaient pris part les différents responsables des établissements financiers, les autorités politiques et les spécialistes œuvrant dans ce secteur.

Une des conséquences de ce défi aujourd’hui planétaire est pour le Burundi inéluctablement la dépression de la monnaie puisque l’investissement en souffre de la part de Gaspard Sindayigaya, qui souligne que les produits de première nécessité sur le marché s’achètent à un prix élevé notamment à cause du déséquilibre entre l’offre et la demande sur le marché.

Pour le gouverneur de la BRB, l’investissement dans les secteurs de nature à promouvoir le développement sont salutaires pour freiner la dépression de la monnaie Burundaise qui, au mois de Mars, a tout de même connu une légère stabilité.

Une étude de Parcem sur le budget national exercice 2011 montre que le Burundi a contracté une dette de 350 milliards de francs bu en utilisant les certificats de trésor. Un tel comportement ne serait pas lourd de conséquence si une fois il fait parler de lui en 2012 ?

De la part du Gouverneur de la BRB, seulement le recours aux emprunts qui participent au développement sont de nature à permettre au pays de décoller économiquement.

Il indique que les crédits pour payer les salaires vont acculer davantage l’économie Burundaise à péricliter davantage.

Il a demandé aux hommes politiques et aux économistes de mettre ensemble les efforts pour venir à bout des difficultés économiques auxquelles fait actuellement face le pays.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

624 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 8 %)

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 7 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 6 %)

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 5 %)

Les victimes des intrigues bancaires dans le désarroi ,(popularité : 4 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 3 %)

Un "hélicoptère made in Burundi" ,(popularité : 3 %)

Exercice 2013 : La BCB réalise un bénéfice de 2 milliards ,(popularité : 2 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 2 %)

Muyinga/La police débusque l’exportation illégale du café,(popularité : 2 %)