Marché de Kinama réhabilité : Course aux stands


Les commerçants qui ont leurs stands dans le marché de Kinama qui vient d’être réhabilité se plaignent de n’avoir pas accès à cet endroit ; ils craignent que certains de ces stands risquent d’être attribués à d’autres. Ils affirment qu’ailleurs dans d’autres marchés réhabilités à Bujumbura, l’on est en train d’ériger des stands pour débuter les activités. Ils demandent à la mairie de Bujumbura de vider cette question.



Par: Isanganiro , lundi 12 février 2018  à 15 : 33 : 41
a

Ces commerçants affirment que depuis l’affichage en décembre de la liste de ceux qui vont opérer dans le nouveau marché de Kinama, ils n’y ont jamais eu accès pour voir tout au moins leurs stands.

Entre autres inquiétudes soulevées, le comité qui est selon eux présidé par un coiffeur, est composé essentiellement de non commerçants. « A la tête de ce comité, ils ont nommé un coiffeur qui ne sait rien du commerce. Imaginez quelqu’un qui n’a même pas de stand et qui représente les commerçants. De plus, son adjoint vend des boissons prohibées. Ils n’exercent pas leurs fonctions dans le marché ». indique un des commerçants.

Ils affirment que des travaux de constructions de stands dans certains autres marchés réhabilités comme Ruziba, Jabe et Musaga sont en train d’être menés, et demandent qu’il en soit de même à Kinama. « Nous demandons que le commerçant ait accès a ce marché pour voir où se trouve son espace. Nous voudrions aussi que le maire de la ville nous donne un autre représentant qui soit un commerçant pour défendre les intérêts des commerçants ».

Ces commerçants de Kinama se plaignent également des frais qui seraient exigés pour la construction de stands dans ces nouveaux marchés réhabilités. Ils estiment que la somme est incompatible avec la superficie d’un stand ; pour plus de précisions, ce sera dans nos éditions ultérieures.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

220 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie





Les plus populaires
Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 59 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 9 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption ,(popularité : 3 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 3 %)

Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 3 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 3 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 3 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 3 %)

Quand la loi bloque les activités commerciales,(popularité : 3 %)