Football : L’importance de l’éducation des jeunes joueurs




Par: Jean Martin, Journaliste Sportif Indépendant , Wednesday 21 February 2018  à 16 : 04 : 03
a

Le football est par excellence en ce XXIe le sport le plus populaire du monde, regroupant toutes les tranches d’âges, hommes, femmes et enfants. Amateurs et professionnels passant par les fans, tout le monde y trouve sa dose. Avec l’évolution des choses, ce sport devient de plus en plus exigent car aucune discipline ne peutbien fonctionner et offrir de la passion sans des règles et des valeurs adéquates. Ainsi au-delà de la performance déployée sur les pelouses, il y a aussi l’aspect environnemental du football, qui impose une certaine éducation au sportif afin qu’il y ait une parfaite concordance entre les deux entités du footballeur (c’est-à-dire, l’Homme en tant que footballeur et l’Homme en tant qu’individudoté de bonnes attitudes incarnant les valeurs humaines).

Le football étant régi par des lois et des principes, il est évident les joueurs soient bien formés et éduqués pour être à la hauteur de ces exigences. Depuis plusieurs décennies maintenant l’on ne devient plus footballeur par hasard, et surtout avec l’éclosion des centres de formations qui s’occupent uniquement de l’encadrement des jeunes pousses avant de les glisser aux clubs intéressés par leur service.Du haut de ces 44 ans, l’ancien joueur de l’AS Roma Olivier Dacourt, dans un entretien accordé à Sports Bwin, a décortiqué l’aspect irréfutable de l’éducation des jeunes joueurs.

Selon Henry Bordeaux « l’éducation n’est, en somme, que l’art de révéler à l’être humain le sens intime qui doit gouverner ses actes, préparer l’emploi de ses énergies et lui communiquer le goût et la force de vivre pleinement ». Une thèse qu’Olivier Dacourtsemble épouser, car ce dernier pense que « le footballeur constitue vraiment la pointe de l’Iceberg », et selon lui, « il y a tout ce qu’il a fait avant pour y arriver, et souvent, on occulte cela. On occulte toutes les concessions, tous les sacrifices qu’il a fait. Les gens ne se rendent pas compte, mais c’est valable dans tous les corps de métier, on ne voit que le produit fini, on ne se rend pas compte des années d’apprentissage et de tout ce qui se passe pendant la formation. Souvent, on juge le footballeur, mais on ne connaît pas l’homme. Le footballeur ne devrait se juger que sur le terrain et souvent on juge le footballeur et on attaque l’homme alors que l’homme, on ne le connaît pas ».

Poursuivant dans le même sens, Olivier ajoute qu’il est plus qu’important d’éduquer les jeunes joueurs et les préparer pour les prochaines étapes de leur carrière de footballeur qui peut souvent ne pas s’avérée positif comme ils le pensent au début. «Il faut les préparer à l’échec. Il y a tellement d’appelés, et très peu d’élus. Donc forcément, il faut leur dire que, parmi vous, il y en a trois-quarts qui ne vont pas réussir. Parce que bien souvent, ils ont tous du talent, mais après c’est la volonté, c’est ce qu’on est prêt à sacrifier, c’est des concessions. Si on aspire à faire ce métier-là on doit se donner les meilleures chances de réussir » affirme-t-il avant de finir ses propos par une recommandation « Il ne faut jamais oublier qu’en plus du talent, c’est le travail dont dépend la réussite. Et, souvent, il y a des joueurs qui ont beaucoup de talent, mais à un moment, ils ne travaillent pas. Donc ils ne peuvent pas réussir ou ça dure pas».

En effet, Olivier Dacourt avait réalisé un documentaire intitulé « Ma part d’ombre »sur les jeunes footballeursafin de faire ressortir tout le long chemin qu’ils parcourent avant de faire vibrer les stades aux rythmes de leurs talents de footballeurs professionnels.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

424 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

pre-moderation

This forum is moderated before publication: your contribution will only appear after being validated by an administrator.

Who are you?
Your post
  • To create paragraphs, just leave blank lines.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Send a message



Dans la même rubrique
a

L’étoile du Burundi à la coupe de confédération, risque la dernière position du championnat national



a

"Vuga, révélation de mes talents ", témoigne Vestine



a

Championnat national : la FFB à la chasse aux documents manquants



a

Culture : l’élection Miss Burundi 2018 reportée sine die



a

Liliane Nshimirimana rejoint le bureau exécutif de l’AIPSA



a

Miss Burundi : la couronne à quel prix ?



a

PSG - REAL : Une finale avant la lettre



a

Victoires prévisibles d’Olympique Stars et Lydia Lydic, rassurent les entraineurs



a

Journée internationale du sport féminin inconnue au Burundi



a

Burundi : Ikoh , une maison de production au service de la musique burundaise





Les plus populaires
L’étoile du Burundi à la coupe de confédération, risque la dernière position du championnat national ,(popularité : 8 %)

Culture : l’élection Miss Burundi 2018 reportée sine die,(popularité : 3 %)

Championnat national : la FFB à la chasse aux documents manquants ,(popularité : 3 %)

"Vuga, révélation de mes talents ", témoigne Vestine ,(popularité : 2 %)

Football : L’importance de l’éducation des jeunes joueurs,(popularité : 2 %)

Onze pros pour renforcer les Intamba mu Rugamba ,(popularité : 2 %)

La 6ème édition d’ Isanganiro Award, vers un bon résultat,(popularité : 2 %)

Liliane Nshimirimana rejoint le bureau exécutif de l’AIPSA,(popularité : 2 %)

Vestine, 6ème lauréat d’ Isanganiro Awards ,(popularité : 2 %)

Primus Ligue : Résultats et Classement de la 21è Journée ,(popularité : 2 %)