Le Premier Vice-Président de la République en Ouganda au Sommet des Chefs de l’EAC


Le Premier Vice-Président de la République a pris l’avion à destination de Kampala en Ouganda pour représenter le Chef d’Etat Burundais au 19e Sommet des Chefs d’Etat de la Communauté Est Africaine. Ce Sommet se tiendra du 22 au 23 février.



Par: Isanganiro , mercredi 21 février 2018  à 16 : 55 : 39
a

Le Premier Vice-Président de la République s’est rendu à Kampala ce mercredi. M. Gaston Sindimwo représentera le Chef d’Etat Burundais Pierre Nkurunziza dans ce Sommet qui sera précédé par une retraite des Chefs d’Etat, a annoncé le porte-parole du Premier Vice-Président de la République.

Evelyne Maniragaba a précisé les points qui feront objet de discussion dans ce Sommet. Elle a indiqué qu’au cours de cette retraite des Chefs d’Etat, les questions liées au financement des infrastructures publiques telles que les routes, les ports , les chemins de fer et du secteur de la santé seront analysées.

Après la retraite, Evelyne Maniragaba a fait savoir que G. Sindimwo aura l’occasion de présenter la situation globale du Burundi ainsi que l’état actuel du processus d’amendement de la constitution et celui relatif au dialogue extérieur.

Des partis politiques burundais nourrissent des espoirs quant à l’issu de ce sommet

JPEG - 23.6 ko
Abel Gashatsi, président du parti UPRONA

Le parti UPRONA espère que cette rencontre permettra au Burundi d’aller de l’avant. Pour Abel Gashatsi, les chefs d’Etats vont se pencher sur le rapport rédigé par Benjamin Mkapa sur le Burundi. « Il revient au sommet d’apprécier ce qui Mkapa a déjà fait et de lui donner des orientations pour la suite du travail ».

Alors que l’opposition politique burundaise souhaite que le vote du referendum se fasse après le 5e round de dialogue burundais, avec l’aboutissement à un accord, le chef de l’URONA n’est pas de cet avis. « Il est difficile de croire que l’on puisse le faire avant car le vote va se faire au mois de Mai », « De plus, le Burundi est souverain. Les chefs d’Etats du sommet peuvent proposer des voies de sorties mais la décision revient aux burundais eux même ». Abel Gashatsi trouve que le comportement déjà affiché par les politiciens burundais ne garantisse en aucun cas un accord avant le vote. Pour lui, ce qui est nécessaire maintenant, c’est que les hommes politiques s’entendent sur une feuille de route qui mènerait vers de bonnes élections.

JPEG - 32.3 ko
Pr. Juvénal Ngogwanubusa, président du parti MRC Rurenzangemero/©Iwacu

Le président du MRC Rurenzangemero de son côté, souhaite que ces chefs d’Etats dissuadent le gouvernement burundais pour respecter l’accord d’Arusha. « Les pays de la région doivent prendre leurs responsabilités pour protéger les accords d’Arusha », souligne Juvénal Ngorwanubusa.

Ce chef d’un des partis de l’opposition invite le gouvernement burundais à continuer le dialogue inter-burundais d’Arusha en mettant de côté le referendum. « Cette nouvelle constitution n’a d’autres visées que d’assouvir les ambitions démesurées de certains ».

Pour le professeur Ngorwanubusa, ce sommet doit être un moyen pour le Burundi de présenter des projets de développement. « On dirait que le Burundi est absent sur la scène des projets alors que les autres se mettent ensemble pour développer leurs pays ».




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

251 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions



a

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques



a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !





Les plus populaires
Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions,(popularité : 100 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 36 %)

Mbonabuca s’attaque aux médias et à la société civile ,(popularité : 4 %)

Burundi : Démocratie = Avoir un président Hutu selon le FNL,(popularité : 2 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 2 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 2 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 2 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 2 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 2 %)

Uprona n’est pas un parti tutsi, dit Francis Ngaruko ,(popularité : 2 %)