Burundi : CNIDH perd les points


L’alliance globale des commissions nationales des droits de l’homme a décidé de reléguer au second plan la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme, CNIDH. Cette alliance accuse la commission burundaise de n’avoir pas rempli son rôle, ce que rejette le patron de la commission au Burundi.



Par: Isanganiro , lundi 5 mars 2018  à 16 : 50 : 32
a

Dans une conférence de presse ce lundi, Jean-Baptiste Baribonekeza, le président de la CNIDH, a accusé à son tour des associations burundaises de défense des droits humains, de publier de faux rapports sur le pays. Le chef de cette commission dit en passant que cette décision n’aura pas d’impact négatif sur les activités de son organe.

Pour le parti Uprona , il s’agit d’une décision politique de faire passer la CNIDH du statut A au B. Pour le porte-parole de ce parti, l’alliance globale des commissions nationales des droits de l’homme s’est basée sur des informations qui ont été données par des organisations burundaises qui ont participé au putsch manqué de Mai 2015. Olivier Nkurunziza demande que cette décision soit révisée parce qu’elle peut engendrée des conséquences comme le manque de moyens pour la CNIDH pour suivre de près les questions des droits de l’homme au Burundi.

Du côté de l’opposition, cette rétrogradation est une perte énorme pour le Burundi. Cette analyse est faite par Tatien Sibomana. Il indique que le Burundi est victime du manque d’indépendance de cette commission. "’Voir le Burundi sur ce, perdre sa place dans la prise de cession dans le concert des nations en matière de droit de l’homme, c’est une parte énorme", déplore-t-il.

Malgré tout, Jean Baptiste Baribonekeza le président de la CNIDH dit prévoir approcher ceux qui ont pris la décision de dégrader sa CNIDH pour tenter de les convaincre afin qu’ils se ressaisissent.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

162 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »



a

« la situation des droits de l’homme au Burundi est bonne », clame Mutabazi



a

Justice : Deux magistrats arrêtés pour « corruption »





Les plus populaires
Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 7 %)

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »,(popularité : 2 %)

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi,(popularité : 2 %)

De la perpétuité requise pour les présumés putschistes ,(popularité : 2 %)

La vérité sur plus de 400 personnes massacrées à Kivyuka en 1996 reste mystérieuse,(popularité : 2 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 2 %)

Il est dans les mains de la cour d’appel de Gitega,(popularité : 2 %)

Exécutions extrajudiciaires : Le gouvernement ne pouvait pas se culpabiliser ,(popularité : 2 %)

Un remous autour des cas d’exécutions extrajudiciaires,(popularité : 2 %)

Probablement veuve et orphelin à cause de Rwembe ,(popularité : 2 %)