Burundi : Les fonctionnaires bénéficiaires des formations du soir bientôt sanctionnés


Le gouvernement burundais envisage des mesures à l’endroit des fonctionnaires de l’Etat qui subissent ou qui ont subi des formations du soir, alors qu’ils sont censés être aux services. Une note complète relative à ces formations qualifiées d’irrégulières est attendue avant le 15 mars courant.



Par: Isanganiro , mercredi 7 mars 2018  à 14 : 47 : 50
a

La correspondance y relative a été signée le 28 février et la copie a été envoyée au président de la république et au premier vice-président. Elle a comme objet : problématiques liées aux formations irrégulières. Partout où c’est mentionné le concept « formations irrégulières », il y a explication entre parenthèses : « formations du soir ».

Madame le ministre, dit la correspondance, … « nous avons l’honneur de vous demander d’apprêter, en collaboration avec le ministre de la fonction publique, du travail et de l’emploi, une note complète relative à cette problématique, dégageant l’impact sur les services publics et sur cette formation, ainsi que la forme de la réglementation à initier ».

Une copie de la correspondance a été en tous cas réservée au ministre de la santé publique et de lutte contre le sida qui n’a pas tardé à réagir. Josiane Nijimbere a adressé à son tour, lundi 05 mars, une correspondance à tous les médecins directeurs des provinces sanitaires. La ministre de la santé leur demande de transmettre, au plus tard le 10 mars, le rapport portant sur les types de formation, soir ou jour dans les universités, instituts ou écoles de formation médicale qui pratiquent ce genre de formation. Les noms, les matricules et les postes d’attache de ceux qui suivent ces formations doivent également être mentionnés.

La note complète relative à cette "problématique liées aux formations irrégulières" est ainsi attendue au cabinet du deuxième vice-président avant le 15 mars de l’année en cours. Elle sera soumise pour validation par les ministres concernés, avant d’être transmis au conseil des ministres pour adoption. Selon toujours la correspondance, il est également demandé au ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique de dresser la liste de tous les fonctionnaires qui ont subi ces formations alors qu’ils étaient censés être au service afin que des mesures soient prises à leur endroit.

Le système doit continuer

La deuxième vice présidence de la république tranquillise les fonctionnaires de l’Etat qui ont suivi les formations du soir. "Il n’y a pas de mesures restrictives que l’on envisage contre eux", dit-elle . Le chargé de la communication Isidore Ntirampeba souligne que le but ne pas de rejeter la validité des diplômes sanctionnant ces formations mais plutôt pour restructurer ce système d’enseignement qui, pourtant doit continuer.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

137 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge



a

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés



a

SOS : La vie de James en danger



a

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption



a

Burundi : Les études universitaires publiques à crédit



a

Les déplacés de Gitaza et Cashi installés à Mayengo



a

Santé : Manque de devises, pas de médicaments



a

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt



a

Education : Des portes d’entrée grandement ouvertes aux mastères



a

Plus d’un millier d’enseignants chômeurs à la conquête d’une soixantaine de places





Les plus populaires
La Société civile réclame la libération de Faustin Ndikumana et la transparence dans les recrutements ,(popularité : 13 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 9 %)

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge,(popularité : 7 %)

SOS : La vie de James en danger,(popularité : 6 %)

SRDI s’engage à dénouer la crise au sein des groupements des riziculteurs de Gihanga,(popularité : 6 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 5 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 4 %)

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés,(popularité : 4 %)

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque ,(popularité : 3 %)

Le français sur une pente glissante au Burundi malgré les efforts de la francophonie,(popularité : 3 %)