Burundi : Les fonctionnaires bénéficiaires des formations du soir bientôt sanctionnés


Le gouvernement burundais envisage des mesures à l’endroit des fonctionnaires de l’Etat qui subissent ou qui ont subi des formations du soir, alors qu’ils sont censés être aux services. Une note complète relative à ces formations qualifiées d’irrégulières est attendue avant le 15 mars courant.



Par: Isanganiro , mercredi 7 mars 2018  à 14 : 47 : 50
a

La correspondance y relative a été signée le 28 février et la copie a été envoyée au président de la république et au premier vice-président. Elle a comme objet : problématiques liées aux formations irrégulières. Partout où c’est mentionné le concept « formations irrégulières », il y a explication entre parenthèses : « formations du soir ».

Madame le ministre, dit la correspondance, … « nous avons l’honneur de vous demander d’apprêter, en collaboration avec le ministre de la fonction publique, du travail et de l’emploi, une note complète relative à cette problématique, dégageant l’impact sur les services publics et sur cette formation, ainsi que la forme de la réglementation à initier ».

Une copie de la correspondance a été en tous cas réservée au ministre de la santé publique et de lutte contre le sida qui n’a pas tardé à réagir. Josiane Nijimbere a adressé à son tour, lundi 05 mars, une correspondance à tous les médecins directeurs des provinces sanitaires. La ministre de la santé leur demande de transmettre, au plus tard le 10 mars, le rapport portant sur les types de formation, soir ou jour dans les universités, instituts ou écoles de formation médicale qui pratiquent ce genre de formation. Les noms, les matricules et les postes d’attache de ceux qui suivent ces formations doivent également être mentionnés.

La note complète relative à cette "problématique liées aux formations irrégulières" est ainsi attendue au cabinet du deuxième vice-président avant le 15 mars de l’année en cours. Elle sera soumise pour validation par les ministres concernés, avant d’être transmis au conseil des ministres pour adoption. Selon toujours la correspondance, il est également demandé au ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique de dresser la liste de tous les fonctionnaires qui ont subi ces formations alors qu’ils étaient censés être au service afin que des mesures soient prises à leur endroit.

Le système doit continuer

La deuxième vice présidence de la république tranquillise les fonctionnaires de l’Etat qui ont suivi les formations du soir. "Il n’y a pas de mesures restrictives que l’on envisage contre eux", dit-elle . Le chargé de la communication Isidore Ntirampeba souligne que le but ne pas de rejeter la validité des diplômes sanctionnant ces formations mais plutôt pour restructurer ce système d’enseignement qui, pourtant doit continuer.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

156 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 5 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 5 %)

Imaginez avoir des petits-enfants qui ne sont pas capables de parler votre langue,(popularité : 4 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 3 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 3 %)

Burundi : La rentrée scolaire s’annonce avec une panique aux élèves du lycée Makamba,(popularité : 3 %)

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi,(popularité : 3 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 3 %)