Burundi : Le président burundais annonce la date du référendum


Le rendez-vous référendaire du projet de constitution est fixé au 17 mai 2018. Dans un décret présidentiel de ce dimanche 18 mars , le président burundais appelle les formations politiques et indépendants qui souhaitent battre la campagne référendaire à se faire inscrire à partir du 23 mars 2018. La famille politique burundaise ne l’accueille pas de la même manière.



Par: Isanganiro , lundi 19 mars 2018  à 12 : 22 : 53
a

Ce décret appelle tous les burundais remplissant les conditions requises , résidant au Burundi ou à l’étranger à participer au referendum constitutionnel qui se tiendra le 17 Mai 2018. Dans ce même texte, le président de la République invite les partis politiques, les coalitions des partis politiques ainsi que les indépendants remplissant les conditions fixées par la loi burundaise qui souhaite participer à la campagne électorale référendaire à se faire enregistrer à la Commission Electorale Nationale Iindépendante du 23 Mars au 6 avril 208.

Dans ce décret, le président de la République rappelle que la circonscription électorale est le territoire national du Burundi sous réserve de la participation des burundais résidant à l’étranger. Pour cette catégorie, le vote se déroulera aux sièges des représentations diplomatiques ou consulaires suivant les modalités particulières fixées par la CENI. Le président burundais précise également que le vote concerne les militaires en mission de maintien de la paix. Pour cette catégorie, le vote, ajoute le décret aura lieu dans les endroits qui seront déterminés par le commandement du contingent en collaboration avec la CENI.

Selon le même décret présidentiel , le projet de constitution qui sera soumis au référendum sera adopté sous la majorité absolue du suffrage exprimé. C’est a dire, explique le numéro Un burundais pourcent de voix plus une seule voix.

En réactions, le parti Uprona se dit satisfait du décret présidentiel. Olivier Nkurunziza porte parole et secrétaire général du parti, indique que les détails du calendrier des activités électorales fournies dans ledit décret n’est que la voie par laquelle la commission électorale devrait emprunter et par conséquent, plus que normal, estime Olivier Nkurunziza porte parole du parti de Rwagasore.

De son coté, le parti Sahwanya FRODEBU contre la révision de la constitution dit avoir mal accueilli le décret présidentiel. Léonce Ngendakumana vice-président du parti indique que ce décret vient compromettre tous les efforts de dialogue qui étaient en cours entre les différents protagonistes dans le conflit Burundais,bien qu’il affirme que les membres de son parti prendront part à ces élections.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

206 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 87 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 35 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 33 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 31 %)

Burundi : Le parti cndd-fdd accuse Agathon Rwasa d’entretenir un groupe criminel ,(popularité : 30 %)

Le refoulement d’Alexis Sinduhije serait retardé d’une semaine ,(popularité : 30 %)

Vers la restriction des libertés publiques ,(popularité : 30 %)

La recherche du troisième mandat paralyse l’Assemblée Nationale,(popularité : 30 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 30 %)

Politique : L’Eglise catholique contre la contribution forcée aux élections,(popularité : 29 %)