Santé : Manque de devises, pas de médicaments


La mutuelle de la fonction publique reconnait le manque de médicaments dans ses pharmacies. Selon la directrice générale, le manque d’autonomie dans l’importation des médicaments est à la base de cette situation car, dit-elle, les importateurs justifie le retard des importations par le manque de devises.



Par: Isanganiro , mardi 27 mars 2018  à 17 : 53 : 39
a

Dans une réunion d’échanges entre la mutuelle de la fonction publique et ses partenaires à Bujumbura ce lundi, Concilie Nibigira, la directrice générale n’a pas mâché les mots sur la situation des stocks de médicaments. "Nos pharmacies sont vraiment presque vides des médicaments que le ministère de la santé publique appelle, médicaments essentiels", dit-elle.

Selon elle, la difficulté qui est à la base de ce phénomène inhabituel est expliquée par certaines raisons. A titre d’exemple, justifie Madame Concilie, le Burundi n’a pas de société fabriquant des produits pharmaceutiques. A cet effet, la mutuelle doit faire recours aux importations. Or, déplore Concilie Nibigira, la Mutuelle de la fonction publique n’a pas le droit d’importer directement les médicaments. « Nous sommes obligés de passer par les marchés publics ».

Malgré cette voie empruntée, le retard des importations, ajoute-elle est toujours encaissé. "Les gagnants des soumissions de la mutuelle affiche un retard des médicaments importés. Ils justifient qu’ils font fassent au manque de devises", a martelé Concilie Nibigira. Ce qui est regrettable, s’exclame la directrice générale, les pharmacies de ces gagnants restent pleines à craquer de médicaments.

La directrice de la mutuelle de la fonction publique trouve que la solution jaillira des discussions en cours entre les importateurs et les autorités au plus haut niveau. D’amblée, selon elle, il faudrait que la mutuelle jouisse de son droit d’importer directement ces médicaments sinon elle resta insatisfaite des importations des gagnants.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

397 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre



a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger





Les plus populaires
Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre,(popularité : 73 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 22 %)

Ex-Etat : pas de défis majeurs sauf quelques absences et retards ,(popularité : 21 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 19 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 18 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 18 %)

L’hôpital public de Rumonge face à de nombreux problèmes,(popularité : 17 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 17 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 17 %)

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 17 %)