A quand le démarrage du barrage hydro-agricole de Kajeke ?


Depuis 2009,le gouvernement a parlé de barrage hydro-agricole qui irriguerait les champs de la plaine de l’Imbo. Le ministre de l’agriculture et de l’élevage suspend les travaux de construction de cette infrastructure suite à la défaillance des gagnants de marché de construction.



Par: Isanganiro , mercredi 28 mars 2018  à 18 : 02 : 32
a

Alors qu’il s’était présenté au Sénat pour répondre aux questions orales des sénateurs, le ministre de l’agriculture et de l’élevage annonce la suspension temporaire des travaux de construction du barrage hydro-agricole de Kajeke. C’est un barrage qui devrait néanmoins irriguer 2800 hectares. Les inquiétudes des sénateurs reposent sur les frais alloués à la construction de de cette infrastructure .Ils se demandent comment cette infrastructure qui n’est pas encore fonctionnelle peut présenter déjà des fissures. « Monsieur le ministre, à combien était estimé le coût initial de ce projet ? Deuxièmement, à combien s’élèvent les dépenses réelles du gouvernement sur cette infrastructure ? », demande une sénatrice, présidente de la commission économique à la chambre basse du parlement.

Le ministre de l’agriculture et de l’élevage reconnait que les entreprises qui avaient eu le marché de construire le barrage de Kajeke ont été défaillantes. Toutefois, ajoute le Ministre Rurema, une commission technique a été mise en place pour établir les responsabilités de chacun dans l’échec de construction du barrage de Kajeke.

Concernant les frais de construction initialement prévus pour le barrage hydro-agricole de Kajeke,le ministre Déo Guide Rurema indique qu’ils s’élevaient à 8 milliards. Il affirme également avoir remarqué qu’une enveloppe de 12 milliards s’apprêtait à être payée. Déo Guide Rurema explique avoir constaté que les ouvrages présentent des imperfections et a décidé de les suspendre. « Vous savez que tout passe par les marchés publics. Les burundais avaient gagné ce marché à 8 milliards mais visiblement ils ont sous-estimé les études préalables. Les dépenses s’alourdissaient progressivement jusqu’à 9 milliards. Nous avons aussi constaté 12 milliards et demie prêts à être payés », répond le ministre Rurema.

Les sénateurs insistent que les entreprises ayant gagné le marché de construction du barrage hydro-agricole de Kajeke soient poursuivies pour expliquer cette perte.

Ces entreprises qui avaient été chargées de la construction de ce barrage sont ETAMCO, BTCE, BETUCO-PACIFIC et le ministère de l’agriculture a besoin de 19 milliards pour relancer les travaux de construction du barrage hydro-agricole de Kajeke.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

227 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin



a

Interpétrol tire la sonnette d’alarme



a

Agriculture : Vers la « redynamisation » cotonnière au Burundi



a

Muyinga: Un don de lapins accordé aux femmes pour soutenir l’économie familiale



a

Marché de Kinama réhabilité : Course aux stands



a

La PARCEM demande une transparence dans la gestion minière



a

Pénurie ou spéculation autour de petites pièces de monnaie



a

Ruziba, marché réceptionné mais non fonctionnel



a

Une hausse du prix du carburant qui "réanime " d’autres hausses



a

Bientôt les ex occupants de Gasenyi vers les terres promises





Les plus populaires
Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin ,(popularité : 7 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 5 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 3 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 2 %)

Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est ,(popularité : 2 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 2 %)

Les victimes des intrigues bancaires dans le désarroi ,(popularité : 2 %)

Le Burundi classé plus corrompus en Afrique de l’Est, mais avance en économie ,(popularité : 2 %)

Le Burundi se prépare à la migration numérique,(popularité : 2 %)

Leo Burundi reçoit un prêt de 25 millions de $ pour élargir son réseau,(popularité : 2 %)