Rapatriement :Le HCR plaide pour le respect des normes


Une réunion pour évaluer le processus de rapatriement volontaire des réfugiés burundais vivant en Tanzanie se tenait à Bujumbura du 26 au 28 mars 2018. Elle regroupait le Haut-Commissariat pour les réfugiés HCR, les gouvernements tanzanien et burundais. Toutes les parties se conviennent sur le rapatriement de milliers de réfugiés.



Par: Isanganiro , vendredi 30 mars 2018  à 17 : 13 : 51
a

Réunis pendant trois jours à Bujumbura, trois acteurs échangent sur le rapatriement des réfugiés burundais se trouvant en Tanzanie. La Tanzanie dit avoir été convaincue que le Burundi est tranquille et que ces burundais devraient regagner leur terre natale. Quant au Haut-Commissariat pour les réfugiés, il rassure être déterminé pour faciliter le retour volontaire des réfugiés burundais vivant en Tanzanie en respectant les normes internationales des refugies. Madame Gogo Hukportie, ayant représenté le HCR dans cette réunion indique que le HCR va collaborer activement avec les gouvernement burundais et Tanzanien pour le retour volontaire des réfugiés burundais. Le gouverneur de Kigoma au nom du ministre de l’intérieur tanzanien soutient la politique burundaise de rapatrier les refugies burundais vivant sur le sol tanzanien. « La situation sécuritaire s’est améliorée au Burundi depuis 2017 », estime-t-il.

Le ministre de l’intérieur burundais qui a représenté le gouvernement dans cette réunion a remercié le gouvernement tanzanien et la HCR pour leur étroite collaboration dans le processus de rapatriement volontaire des réfugiés burundais. « Nous félicitons le HCR et la Tanzanie sur le pas déjà franchi compte tenu de l’effectif des refugies déjà rapatrié depuis l’an 2017. » a indiqué Pascal Barandagiye.

Cette réunion tripartite qui s’est tenue à Bujumbura du 26 au 28 mars a été sanctionné par un communiqué final lu par la directrice générale du rapatriement au ministère burundais de l’intérieur. Prenant la parole à 19h 40 minutes de la soirée de ce mercredi, Gloriose Berahino a indiqué à la presse que le gouvernement Burundais n’est pas d’ accord avec les chiffres présentés des réfugiés burundais en Tanzanie. Par la voix de Madame Nimenya ; le gouvernement burundais précise que seul la vérification par le comptage physique peut fournir des données fiables.

Lors de cette 20 ème réunion de la tripartite sur le rapatriement des réfugiés burundais se trouvant sur le sol tanzanien, il a été convenu que 72 000 réfugiés burundais vont regagner le pays jusqu’ à la fin décembre de cette année a raison de deux convois de 1000 chacun. Une occasion de préciser qu’environ 316 899 réfugiés et demandeurs d’asile sont actuellement abrités par la Tanzanie. Parmi eux 274 455 réfugiés burundais dont 219 781 réfugiés partis en 2015.
Un accord de longue haleine

Les travaux de cette dernière journée de travail ont débuté à 13 h de ce mercredi et ont pris fin à 20h30 minutes. Un temps justifié par le ministre BARANDAGIYE comme moment fort afin de se convenir sur la vraie version des réfugiés sur le sol tanzanien. Au patron alors du ministère de l’intérieure de réaffirmer que seul le comptage physique est correcte. Il a également fait savoir que le pays est prêt à accueillir et assister les rapatriés.

Le communiqué conjoint a été signé par le ministre burundais de l’intérieur Pascal Barandagiye, l’ambassadeur de Tanzanie au Burundi et Gogo Huckportie, représentante –pays du HCR. Elle indiqué que malgré la raréfaction des ressources, 21 000 burundais ont regagné le pays.

Toutes les parties ont demandé à la communauté internationale d’aider dans ce rapatriement. Au PAM, il a été demandé de rendre disponible des vivres pour assister les rapatriés pendant une durée de trois mois.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

196 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 6 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 5 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 3 %)

Un sommet de l’EAC au Burundi en novembre 2011 ,(popularité : 3 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 3 %)

Les ONG contre le nouveau projet de loi sur la presse,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Une rhétorique de mésentente entre le CNDD FDD et le FORSC autour de la gouvernance ,(popularité : 2 %)

La CENI de 2015 : Comment retoucher la constitution du Burundi,(popularité : 2 %)