Le troupeau d’Eusebie regagne le pays natal malgré lui


Après le tour de la région des grands lacs, "Burundi -RDC-Rwanda", les croyants aux enseignements d’Eusebie Ngendakumana préfèrent regagner le sol burundais. Ce dimanche, le premier groupe a été reçu à la frontière de Gasenyi Nemba dans la province Kirundo.



Par: Isanganiro , dimanche 1er avril 2018  à 14 : 28 : 01
a

Près de 1600 burundais et adeptes d’Eusebie Ngendakumana qui s’étaient refugiés au Rwanda en provenance de la République démocratique du Congo le mois dernier ont été rapatriés ce dimanche. A bord des véhicules du HCR, ils ont débarqué au poste de la PAFE de Gasenyi Nemba à la frontière burundo rwandaise en provenance du camp de transit de Gashora dans la région de Bugesera.

Dans une lettre de la ministre rwandaise des affaires étrangères adressée à son homologue burundais ce samedi , le gouvernement rwandais dit avoir décidé de rapatrier ces demandeurs d’asile fidèles d’Eusébie Ngendakumana car, ces réfugiés n’ont pas voulu se conformer aux lois rwandaises. Selon le Rwanda, ils ont refusé d’être enregistrés par le HCR dans un système informatique et ont également refusé la vaccination à leurs enfants de moins de cinq ans. Delà, une trentaine avait été arrêtée par la police rwandaise. Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des affaires étrangères et de la communauté Est-africaine rassure néanmoins que ceux qui vont se conformer à la loi rwandaise vont bénéficier de l’asile.

Ces adeptes qui se comptent aujourd’hui à 2523 avaient quitté le pays pour trouver le premier refuge à Kamanyola en RDC depuis le début de l’année 2015. Le malheur ne vient jamais seul, dit-on, à Kamanyola, une trentaine d’entre eux ont été tués par la force républicaine congolaise, dans une bagarre qui s’est éclatée lorsqu’ils réclamaient par force certains des leurs qui avaient été arrêtés par les forces de sécurité . Ils avaient dit au revoir à la RDC n destination du Rwanda le 7 mars 2018 . Pour le moment, Ils indiquent que leurs familles sont leurs destinations respectives, souligne Charles Ntagwarara un de ces adeptes d’Eusebie.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

346 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati



a

Mwaro : Deux personnes blessées dans une embuscade



a

Makamba : le gouverneur de province présente au public un « prédicateur » arrêté à Nyanza-lac



a

Rumonge : vol des moteurs et autre matériel de pêche



a

Bujumbura : Deux caniveaux d’évacuation d’eau deviennent les cachettes des bandits



a

Mwaro : Nyabihanga abrite une réunion de sécurité après l’assassinat de son responsable policier



a

Le Burundi annonce le refoulement des étrangers irréguliers



a

Burundi /Amisom : Des routes dans Hirshabelle



a

Mwaro : un commissaire de la police tué



a

Bubanza : Gihanga soumise à un couvre-feu





Les plus populaires
Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati,(popularité : 21 %)

Double assassinat au sein de la FDN : Lt-Col.Darius Ikurakure et Maj. Didier Muhimpundu ,(popularité : 18 %)

Infiltrations de rebelles burundais en RDC : ce que disent les services,(popularité : 15 %)

Nzabampema et les siens ‘’seraient loin de se rendre’’ ,(popularité : 15 %)

Cibitoke : Les points d’entrées au Congo sur la Rusizi fermés,(popularité : 14 %)

Bururi : Commémoration de vingt ans après les massacres des 40 séminaristes de Buta ,(popularité : 14 %)

Burundi : Trois personnes tuées dans différents coins la nuit du mardi à mercredi,(popularité : 14 %)

Karusi : Un pasteur rwandais arrêté par les services secrets,(popularité : 14 %)

Une trentaine des refugiés burundais tués à Kamanyora en RDC ce vendredi,(popularité : 13 %)

Bambo au nord du Burundi en proie à l’intolérance politique,(popularité : 13 %)