Burundi : Les études universitaires publiques à crédit


Des conditions doivent être remplies par les étudiants burundais pour bénéficier du prêt bourse. Selon une ordonnance conjointe sortie par le ministère de l’éducation et celui des finances et du budget, le montant de ce prêt bourse est compris entre 60.000 Fbu et 150.000 Fbu par mois selon le cycle d’étude. Ce montant est remboursable après obtention d’un travail dans le domaine public ou privé.



Par: Isanganiro , mardi 3 avril 2018  à 16 : 42 : 22
a

Dans cette ordonnance conjointe du 22 Mars 2018, il est écrit à l’article 2 que le prêt bourse est une assistance financière accordée, sous contrat, par le gouvernement sous forme de crédit sans intérêt pour la formation des cadres et qui est remboursable.

L’obtention du prêt bourse est annuel, renouvelable et est accordée aux lauréats des humanités générales, pédagogiques, techniques et du post fondamental qui ont réussi l’examen d’Etat avant cooptation, lit-on dans ces ordonnance. L’intéressé, poursuit-elle, ne doit pas avoir un âge dépassant 35 ans pour postuler au 2e cycle et avoir moins de 40 ans pour le 3e cycle.

Des conditions à remplir pour obtenir le prêt bourse

A l’article 4 de cette ordonnance, il est mentionné que l’intéressé doit adresser une lettre de demande au ministère de l’enseignement. Tout d’abord, il doit être de nationalité burundaise, être porteur d’un certificat ou diplôme exigé par la formation pour laquelle le prêt bourse est demandé, ne pas bénéficier d’une bourse d’excellence à la fois, être en possession de l’attestation d’inscription pour la formation de 2e ou 3e cycle et présenter une attestation de non poursuite judiciaire.

Les étudiants suivant les programmes du soir ne pourront pas bénéficier du prêt bourse. Entre autres raisons pouvant entrainer le retrait de ce prêt figure l’échec, l’exclusion de l’étudiant de l’institution d’accueil, l’abandon ou interruptions des études.

Un prêt bourse dont l’affectation est connue d’avance

Cette ordonnance ajoute également que les équilibres régionaux doivent être respectés pour l’octroi aux étudiants du prêt bourse. Il est mentionné à l’article 20 qu’il aura mensuellement un virement de cette allocation sur les comptes des bénéficiaires. Le montant est de 60.000 Fbu pour le 1e cycle, 100 000 Fbu pour le 2e cycle et 150 000 Fbu pour le 3e cycle.

Cet argent dit prêt bourse va couvrir la restauration, le transport, l’hébergement et autres soins. A l’article 22 de cette même ordonnance, il est précisé que la commission de gestion des bourses d’études et de stages peut accorder une assistance particulière en nature en vue de l’encouragement des candidats qui poursuivent des formations dans les filièresstratégiques.

L’insolvabilité ne sera pas tolérée

Pour ce qui est du remboursement, il se fera après que l’étudiant ait décroché un emploi ou qu’il exerce une activité génératrice de revenu. Ainsi à l’article 24, il est écrit que chaque employeur, qu’il soit du privé ou du public, devra exiger à l’étudiant de présenter « une attestation de redevabilité ou de non redevabilité vis-à-vis du prêt bourse » pour montrer qu’il a rempli sa part du contrat.

Par après, l’employeur devra opérer une retenue de 10% à la source sur le revenu mensuel de l’étudiant. L’organe étatique qui sera chargé de collecter les remboursements c’est l’office burundais des recettes, OBR.

A l’article 28, il est mentionné que ceux qui ne seront pas à mesure de rembourser totalement ce prêt bourse, ils devront payer des pénalités qui seront précisées dans le contrat de prêt bourse signé entre le bénéficiaire, son parent ou tuteur et le ministère de l’éducation et celui des finances.

Cette ordonnance ministérielle conjointe entre en vigueur avec l’annéeacadémique 2017-2018.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

196 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rutovu : des magouilles dans la distribution des décodeurs de Startimes.



a

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services



a

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme



a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama





Les plus populaires
Rutovu : des magouilles dans la distribution des décodeurs de Startimes.,(popularité : 37 %)

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services,(popularité : 9 %)

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 4 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 2 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 2 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 2 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 2 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 2 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 2 %)