Le correspondant du journal IWACU dans le sud du Burundi interdit de couvrir une réunion des partis politiques à Rumonge


Félix Nzorubonanya, correspondant du journal IWACU s’est vu refuser de couvrir une rencontre des portis politiques œuvrant en commune et province Rumonge ce mardi 10 avril 2018. Le conseiller aux affaires administratives et sociales de l’administrateur communal de Rumonge qui présidait cette réunion et qui a pris cette mesure explique que ce journaliste n’avait pas demandé de permission. Certains représentants des partis politiques qui étaient présents ont déploré cette décision étrange pour eux et demandent que cela ne se reproduise plus.



Par: Isanganiro , mercredi 11 avril 2018  à 18 : 27 : 51
a

Erasme Hakizimana, conseiller de l’administrateur de la commune Rumonge chargé des affaires administratives et sociales, a ordonné à Félix Nzorubonanya correspondant du journal Iwacu dans le sud du Burundi de sortir de la salle communale de Rumonge juste au début de la réunion que cette administratif tenait à l’encontre des partis politiques œuvrant en commune Rumonge.

Ce journaliste dit avoir était scandalisé par cette décision qui, pour lui est illégale. En effet, selon ce journaliste, il n’y avait aucune violation de la loi en cherchant à couvrir une réunion des partis politiques qui ne se tenait pas par ailleurs à huit clos, une couverture similaire ayant été faite de par le passé sans aucune demande d’autorisation préalable.

Félix Nzorubonanya explique qu’un journaliste est un pont entre l’autorité et la population. Et de ce fait il a droit à l’information détenue par les pouvoirs publics pour la relayer à la population. Ce journaliste demande au Conseil National de la Communication de former ces administratifs qui affichent encore des comportements anti-démocratiques.

Samuel Manirakiza, représentant communal du CNDD à Rumonge et qui participait dans cette réunion déplore ce comportement tout à fait étrange et qui ne devrait pas se reproduire. Pour ce responsable politique, il faudrait plutôt inviter les hommes des médias dans de telles réunions comme cela était d’usage.

Erasme Hakizimana, nouvellement nommé à ce poste de conseiller technique aux affaires administratives et sociales reconnait les faits, accusant ce journaliste d’avoir commencé à prendre des photos sans s’être préalablement présenté et sans autorisation. Cet administratif dit qu’à la prochaine fois, une entente sera trouvée.

Trois journalistes basés à Rumonge (celui du journal Iwacu, de la radio locale Izere FM et celui de la radio Isanganiro) ont vécu une situation similaire à la prison centrale de Rumonge lors de la libération au début du mois de mars de 328 détenus par application de la grâce présidentielle.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

394 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 31 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 6 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 4 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 3 %)

Un membre du conseil communal de Ruyigi tuée,(popularité : 3 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 3 %)

Inde : Des jeunes étudiants burundais en prison sur fond de bagarre ,(popularité : 2 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 2 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 2 %)

Ce dimanche la presse Burundaise se joint à Charlie Hebdo,(popularité : 2 %)