Bras de fer entre déplacés et la CNTB sur le retour vers leurs collines d’avant 1993




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 19 avril 2012  à 10 : 28 : 40
a

Le président de la Commission Nationale Terre et autres Biens, Mgr Serapion Bambonanire, dit qu’il ne comprend pas pourquoi plus de 2389 ménages des déplacés des sites de Ruhororo et de Mubanga au Nord du Burundi ne regagnent pas les collines d’origines sur lesquelles elles étaient avant la crise de 1993.

"Les personnes qui incitent ces déplacés à ne pas rentrer sur leurs collines d’origines veulent montrer à la communauté nationale et internationale que les problèmes de terre au Burundi n’ont pas de solution," a indiqué cet homme d’Eglise lors de sa visite dans ces localités.

De la part de Monseigneur Serapion Bambonanire, certains hommes politiques de la première vice présidence de la république sont derrière ces déplacés.

"D’autres personnes qui incitent ces déplacés à la révolte sont les commerçants de la localité qui veulent garder leur clientèle plus proche," indique toujours le président de la CNTB.

Ces déplacés originaires des provinces de Karuzi, Ngozi et Kirundo sont réticents à regagner leurs collines d’origines comme ils l’affirment eux-mêmes. Ils indiquent qu’ils ne peuvent pas regagner ces collines parce qu’ils ne sont pas bien vus par les personnes qui y sont restées.

Ils disent qu’ils attendent la commission vérité et réconciliation pour que leurs revendications trouvent solutions.

Ces déplacés sont victimes de la crise de 1993, une crise qui aura vu la mort du président démocratiquement élu et de ces proches collaborateurs.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

790 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 13 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 11 %)

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille,(popularité : 11 %)

Aucun retrait sur les comptes de Maison Shalom et de Barankitse,(popularité : 11 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 11 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 11 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 11 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 11 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 10 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 10 %)