Politique : La date de la campagne référendaire dévoilée


Le président de la République déclare que la campagne du référendum constitutionnel commence le premier jour du mois de Mai. De plus, le décret trace les limites pendant cette campagne. Ledit décret prévoit des sanctions pour des manquements qui seront observés pendant cette période.



Par: Isanganiro , lundi 23 avril 2018  à 18 : 16 : 11
a

Selon le décret présidentiel sorti ce lundi 23 avril , la campagne pour le référendum constitutionnel débute le 1er Mai 2018 pour se clôturer le 14 mai 2018. Le même décret précise que seuls les partis politiques et indépendants qui se sont fait inscrire à la Commission Nationale Electorale Indépendante sont autorisés à faire des réunions électorales. Pour battre campagne, les partis politiques et indépendants doivent recevoir l’aval des Commissions Electorales Nationales Indépendantes pour avoir des emplacements spéciaux comme on lit dans ce décret. De plus, poursuit ce décret présidentiel, ces acteurs politiques ont droit à un espace équitable que ce soit dans les médias ou sur le terrain de campagne. Le président Nkurunziza recommande au Conseil National de la Communication de veiller au respect de l’équité des partis et indépendants dans l’espace médiatique.

Toutefois, ce décret interdit toute campagne dans les lieux publics, scolaires ou universitaires pendant les heures de service. Est interdit également l’usage du bien public à des fins partisanes pendant ladite campagne.

Enfin, des sanctions sont prévues pour les formations politiques ou des indépendants qui passeraient outre le contenu de ce décret. Par exemple, une amende comprise entre 800 mille et 4 millions est prévue pour la campagne en dehors de la durée légale , propos diffamatoires ou injurieux pendant la propagande ainsi qu’en cas d’usage des biens de l’Etat. De surcroit, toute forme pouvant influencer le vote est prohibée et passible d’une amende comprise entre 800 mille et 8 millions.

Le scrutin référendaire est fixé le 17 mai prochain et la CENI a annoncé que 27 partis politiques et indépendants se sont fait enregistrer pour mener la campagne du référendum constitutionnel.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

133 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 36 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 35 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 16 %)

Des manifestatations au centre ville de Bujumbura,(popularité : 14 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 14 %)

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface,(popularité : 14 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 14 %)

Réconciliation entre les FNL et les CNDD-FDD de Kamesa,(popularité : 14 %)

Manif anti 3è mandat : Un agent du SNR tue un militaire de la FDN à Musaga,(popularité : 14 %)

Vers la restriction des libertés publiques ,(popularité : 14 %)