Vers la nyakurisation de la société civile ?




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 19 avril 2012  à 18 : 33 : 25
a

« Quand on ne sait pas vers où l’on va, tous les chemins ne mènent nulle part. La création des associations risque d’enfanter plutôt la nyakurisation des organisations de la société civile » tels sont les propos d’Eulalie Nibizi à la fin de l’atelier de restitution des états généraux de la société civile au sortir duquel certains des membres de la société civile se sont inscrits en faux contre la mise en place d’un comité préparatoire d’un cadre de concertation entre la société civile et l’administration bien qu’il ait été mis en place par le ministre de tutelle.

Le ministre de l’intérieur a dit à l’ouverture de la séance que la collaboration entre le gouvernement avec les organisations de la société civile est bonne malgré les écarts de méthodologies de travail qui, aujourd’hui, caractérisent près de 5% de ces associations de la société civile.

« C’est pourquoi près de 400 associations de la société civile ont d’ailleurs vu le jour depuis la fin des états généraux de la société civile qui ont eu lieu à Gitega il ya de cela sept mois, » a dit le ministre Edouard Nduwimana .

Le ministre de l’intérieur a dit que ces associations ne viennent pas affaiblir les organisations de la société civile comme cela est actuellement devenu un secret de polichinelle à travers du moins la nyakurisaton des partis politiques de l’opposition.

Le deuxième jour n’a pas été sans rebondissements. Le ministre de l’intérieur a dit qu’il fallait mettre en place un comité de préparation d’un cadre de concertation dans le but de mettre fin à l’anarchie qui caractérise aujourd’hui les organisations de la société civile avant la clôture de l’atelier.

14 organisations de la société civile dont Aprodh, Steb et autres se sont gardé de choisir leurs représentants dans ce comité.

Pierre Claver Mbonimpa de l’Aprodh a évoqué la crainte de la nyakurisation des organisations de la société civile.

Ces organisations ont dit qu’il faudrait plutôt plus de patience pour mettre en place ce comité notamment parce que le cahier de charge qui devrait être à sa disposition n’a pas encore été convenu.

« Le comité risque de se voir confier une mission à laquelle on ne s’attendait pas, » a dit Eulalie Nibizi.

Le comité de préparation du cadre de concertation a été mis en place malgré ces divergences. Le ministre Edouard Nduwimana a chargé à ce comité de préparer la mise en place de ce comité d’analyser le document de programme de formation politique dans l’entre temps.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

646 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation



a

Muyinga : Une personne perd la vie suite aux échauffourées "politiques"





Les plus populaires
Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique,(popularité : 9 %)

Des travaux d’exhumation des restes du dernier roi du Burundi lancés ce mardi à Gitega,(popularité : 3 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 3 %)

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation",(popularité : 3 %)

Un sommet de l’EAC au Burundi en novembre 2011 ,(popularité : 3 %)

Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 3 %)

La société civile appelle à une grève pacifique en restant dans les ménages,(popularité : 3 %)

La décentralisation toujours problématique en Mairie de Bujumbura,(popularité : 3 %)

Les étudiants membres de l’ADC interpellent le CNDD-FDD à plus de patriotisme,(popularité : 3 %)

Le forum permanent de dialogue politique, une succursale du parti CNDD FDD selon l’Uprona,(popularité : 3 %)