Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes


Ce dimanche 6 mai 2018, le diocèse catholique de Bururi a commémoré le 21ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes. Monseigneur Venant Bacinoni, évêque de ce diocèse appelle les chrétiens à prier pour ceux qui ont commis ce crime et pour ceux qui aurait toujours cette intention. Ce responsable d’église estime qu’aucune politique ne peut justifier la criminalité.



Par: Isanganiro , lundi 7 mai 2018  à 16 : 44 : 41
a

Dans son homélie, Monseigneur Venant Bacinoni a indiqué à l’assemblée présente qu’aucune politique ne peut justifier la criminalité. Pour cette raison, cet évêque du diocèse catholique de Bururi a plaidé pour une prière exceptionnelle aux auteurs de ce meurtre et à toute personne qui aurait encore cette intention. Ce sacerdoce est persuadé que le Tout Puissant est capable peut changer les cœurs hostiles à l’évangile.

L’évêque du diocèse catholique de Bururi a conclu les cérémonies en appelant tous les burundais à enterrer la hache de la guerre et rompre définitivement avec la criminalité pour accéder au pouvoir. C’est quel type de pouvoir qui s’acquiert en versant du sang de son confrère, s’interroge cet évêque avant de demander aux burundais de prendre pour exemple la fraternité qui a caractérisé ces martyrs et de la vivre. C’est la seule voie qui mènera à la paix effective, à l’amour et à la fraternité.
Jean-Népo Bironkwa, représentant les rescapés de Buta, a abondé dans le même sens. Selon lui, leur survie doit aider à pérennisé cette fraternité dont ont fait preuve les 40 séminaristes le matin du 30 avril 1997.

Quel avenir pour ce sanctuaire ?

Selon Abbé Savin Sabiraguha responsable du sanctuaire des martyrs de la fraternité de Buta, cette place nécessite dans l’avenir un réaménagement. D’un coté, ce sera l’aménagement des abris pour ceux qui viendront s’y recueillir car, selon lui, il nécessaire de se reposer pour mieux prier. De l’autre coté, ce sera des enseignements pour la transformation des gens afin qu’ils rompent définitivement avec la haine ethnique et la criminalité pour enfin prendre le chemin de la fraternité légué par ces martyrs de la fraternité.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

285 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »



a

Burundi : CNIDH perd les points



a

« la situation des droits de l’homme au Burundi est bonne », clame Mutabazi



a

Justice : Deux magistrats arrêtés pour « corruption »





Les plus populaires
Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 7 %)

Primée pour son implication dans la défense de droits de l’homme,(popularité : 3 %)

Pourquoi est-il sous les verrous ?,(popularité : 3 %)

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »,(popularité : 2 %)

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi,(popularité : 2 %)

De la perpétuité requise pour les présumés putschistes ,(popularité : 2 %)

La vérité sur plus de 400 personnes massacrées à Kivyuka en 1996 reste mystérieuse,(popularité : 2 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 2 %)

Il est dans les mains de la cour d’appel de Gitega,(popularité : 2 %)

Exécutions extrajudiciaires : Le gouvernement ne pouvait pas se culpabiliser ,(popularité : 2 %)