Politique : Amizero y’Abarundi demande le concours de la CENI


Le président de la coalition Amizero y’abarundi demande à la CENI de faire cesser ce qu’il appelle actes de sabotages de la campagne de cette coalition. Agathon Rwasa dit ne pas reconnaitre un courant de personnes qui prêche le "oui" au referendum prochain au lieu du "non" au nom de cette coalition.



Par: Isanganiro , mardi 8 mai 2018  à 18 : 41 : 25
a

Dans une correspondance que le président d’Amizero y’abarundi a adressé au président de la commission électorale nationale indépendante en date du 6 Mai , Agathon Rwasa indique qu’il observe des "actes de sabotages" de la campagne de la coalition des indépendants. Il regrette qu’il y a certaines autorités administratives et policières qui adoptent des mesures et attitudes de nature à entraver la mobilité de la population aux meetings de cette coalition.

Agathon Rwasa regrette qu’il y ait un groupe présidé par un certain Révérien Niyimpa qui fut porte parole de Jacques Bigirimana, président du parti Fnl qui a animé une conférence de presse au nom de cette coalition sans être inquiété par l’administration et la police. Le président d’Amizero y’Abarundi rappelle que, c’est cette seule coalition dont il a représentée qui s’est faite enregistrer à la CENI pour battre campagne. Malheureusement, Agathon Rwasa précise que ce groupe est inconnu dans la sa coalition depuis sa création.

Le président de cette coalition, se référant aux articles 3 et 4 du décret présidentiel du 23 Avril portant ouverture de la campagne, demande au numéro un de la CENI et aux autorités administratives de se saisir de ces "actes de sabotages" pour faire prévaloir la loi.

Une correspondance, une lettre morte

Au cours d’une conférence de presse de ce mardi dont le but était d’inviter l’électorat au retrait des cartes d’électeurs à partir de ce mercredi, le porte parole de la CENI s’est prononcé à la question de ce groupe dont dénonce Agathon Rwasa. " Ceux qui mènent une campagne parallèle avec un mot d’ordre qui diffère de celui des leaders de cette coalition, c’est leur droit", précise Prosper Ntahorwamiye. Au cas contre, explique Ntahorwamiye, pour le cas d’ un parti politique, c’est le règlement d’ordre intérieur qui serait interrogé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

450 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR



a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC





Les plus populaires
Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL,(popularité : 16 %)

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface,(popularité : 8 %)

Presse : Les questions clées pour l’avenir seraient sans réponse ,(popularité : 3 %)

Mgr Bigirimana Eraste, Nouveau pasteur du Diocèse Anglican de Bujumbura ,(popularité : 2 %)

ONU : Soutenons ce pays en exigeant encore,(popularité : 2 %)

Un tollé autour d’une probable autre ‘’triste loi’’sur la TVA,(popularité : 2 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 2 %)

Loi sur la presse : l’Eglise catholique plaide pour l’harmonisation des points de vue ,(popularité : 2 %)

Les acteurs de la vie du pays ont besoin d’être écoutés ,(popularité : 2 %)

Lucien Rukevya : Le SNR ne travaille pas tambour battant,(popularité : 2 %)