Rumonge : L’huile de palme flambe


Le prix au kilo du litre de l’huile de palme vient d’augmenter de 800fbu dans seulement deux mois. Les petits détaillants parlent de la loi de l’offre et de la demande tandis que les palmiculteurs évoquent une chute de la production consécutive à une longue période d’ensoleillement ces deux dernières années.



Par: Isanganiro , vendredi 18 mai 2018  à 15 : 45 : 08
a

Selon Tite Ndayikengurukiye, détaillant de l’huile de palme au parking de Rumonge pour les véhicules faisant la liaison entre Bujumbura et Rumonge, un bidon de 5 litres d’huile de palme s’achète actuellement à 13000fbu alors que le même bidon s’achetait à un prix variant entre 9 mille et 10 mille francs burundais il y a de cela deux ans. Il explique qu’il fixe le prix de vente en se référant au prix d’achat.

De son coté, un surnommé Muryi, propriétaire d’une mini-usine d’extraction de l’huile de palme à Kirwena, parle de la baisse de production des régimes de palmiers à huile consécutive à une longue période d’ensoleillement durant ces deux dernières années. Il ajoute que la demande s’est accrue, faisant allusion à la nouvelle usine d’extraction de l’huile de palme et des activités connexes qui vient de démarrer ses activités, s’ajoutant ainsi à Savonor et aux grossistes des différentes provinces du Burundi dont les besoins restaient inférieurs à la quantité fournie.

Festus Ciza, représentant légal de l’Association pour la Promotion des Palmiculteurs du Burundi (APROPABU en sigle), reconnait les faits et dit que la tendance de la production pourra s’inverser d’ici septembre-octobre 2018, des espoirs fondés sur le fait qu’il a suffisamment plu la saison pluvieuse qui s’achève.

Malgré cet état de fait, il y a risque que les prix ne vont pas chuter, disent certains commerçants d’huile de palme de Rumonge. Ils expliquent que la demandent en huile de palme à l’intérieur et à l’extérieur du Burundi ne cesse de s’accroitre.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

234 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Treize marchés brulés depuis 2001 : Les commerçants se lèvent,(popularité : 4 %)

Burundi : Certains agents de banque accusés de corruption dans l’octroi des crédits,(popularité : 4 %)

Burundi : "A quel prix se vend le ciment burundais ?", s’interrogent les vendeurs,(popularité : 3 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 3 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 3 %)

L’ARCT procède au balayage des opérateurs télécom fantômes au Burundi ,(popularité : 3 %)

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 2 %)

Une des campagnes clés pour la transparence économique,(popularité : 2 %)

L’Onu reste au côté du Burundi ,(popularité : 2 %)

Une politique de charroi zéro pour la croissance budgétaire au Burundi ,(popularité : 2 %)