Politique : Le message du président de la République sur sa candidature de 2020 différemment interprété


Lors des cérémonies de promulgation de la nouvelle constitution jeudi 7 juin 2018, le président burundais annonce que son mandat prendra fin en 2020. Certains habitants de la province Ngozi ne sont pas convaincus par ces propos. Les partis UPRONA et FRODEBU apprécient ce message mais ce dernier dit attendre que les actions soient concrètes. Le politologue Julien NIMUBONA trouve que son message est clair.



Par: Isanganiro , lundi 11 juin 2018  à 16 : 30 : 03
a

Au niveau de la province natale du président de la République à Ngozi, certains habitants comprennent différemment le message du président Pierre Nkurunziza.
D’un côté, selon eux, c’est un bon message pour démentir des informations qui disaient que le président de la République restera au pouvoir toute sa vie. « Il a préféré céder le pouvoir. Cela m’a enchanté en tant que citoyen burundais », se réjouit un habitant de la ville de Ngozi.

D’un autre côté, le message du président de la République a donné un message flou. « Je n’ai entendu nul part dans son discours qu’il ne se présentera pas comme candidat aux élections de 2020 ; il a dit que ses mandats prendront fin en 2020 seulement », dit un autre habitant.

Une autre femme rencontrée en province Ngozi indique ne pas être convaincue que le président renonce à sa candidature de 2020. « Il a voulu nous faire croire qu’il ne se représentera pas pour les élections de 2020 mais le moment venu il va dire qu’il est candidat sur demande de son parti CNNDD-FDD », considère un autre burundais de Ngozi.

Le paysage politique diverge également sur le discours du numéro un burundais à l’occasion de la promulgation de la constitution amendée. Le parti Union pour le Progrès National dit avoir accueilli favorablement le message du président de la République, qu’il ne briguera pas un autre mandat en 2020.

Selon Abel Gashatsi, président de ce parti, son discours est venu lever toute équivoque autour de sa candidature de 2020. « C’est un message qui a coupé court à certaines spéculations de ses détracteurs qui disaient que le numéro Un burundais a proposé l’amendement de la constitution pour s’éterniser au pourvoir ou jusqu’en 2034 », dit Monsieur Gashatsi. Il poursuit que le discours prouve que la démocratie au Burundi est une réalité et que le Président Pierre Nkurunziza tient la promesse qu’il a fait aux burundais en 2015.

Le parti FRODEBU trouve que la déclaration du président de la République est en soi bon. Léonce Ngendakumana, vice-président de ce parti indique néanmoins qu’il faut attendre la concrétisation du discours. « Si son parti ne pèse pas lourdement sur lui pour changer sa position, cela serait une bonne chose pour lui-même, le pays et le parti CNDD-FDD », estime Monsieur Ngendakumana. Pour lui, c’est une base de l’évolution positive de la situation burundaise.

Le politologue Julien Nimubona trouve que le président Nkurunziza a donné clairement sa position par rapport à son éventuelle candidature en 2020. Il précise que le doute qui a gagné certaines personnes selon lequel le président pourrait revenir sur sa décision et se représenter encore une fois en 2020 est lié au manque de confiance dans ce que disent les autorités suivant qu’il s’est révélé que des fois les dirigeants ne font pas ce qu’ils disent. Selon toujours ce professeur, le président Nkurunziza tiendra sa promesse d’autant plus qu’il veut apparaitre comme un homme de Dieu, guide de son organisation politique.

Le porte-parole du président de la République donne la lumière sur le discours du président Nkurunziza

Jean Claude Karerwa Ndenzako, porte-parole du président de la République lève toute équivoque sur le discours du président. Selon lui, quand bien même son parti CNDD-FDD lui demanderait de se représenter pour les présidentielles de 2020, il ne va pas le faire car il a déjà pris la décision. « Il a bel et bien dit que 2020 serait la fin de ses mandats présidentiels en 2015. Il a honoré sa promesse de ne pas briguer un autre mandat. Le président a également promis de soutenir le président de la République qui aura été élu. », explique Karerwa Ndezako sur les ondes de la Radio Isanganiro.

Le président Pierre Nkurunziza est numéro un de la République du Burundi depuis Août 2005. En 2015, il a fait face à un coup d’Etat manqué après les contestations de son mandat jugé illégal et anticonstitutionnel par l’opposition mais légal et légitime dans son camp.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

336 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants



a

Burundi : L’Assemblée nationale vers la nouvelle constitution



a

Politique : Vers la relance du dialogue externe inter burundais ?



a

Politique : Les résultats du scrutin référendaire approuvés par la cour constitutionnelle



a

Muhuzu : Le gouverneur de Rumonge apaise la tension



a

Bujumbura abrite pour deux jours la 72e session de l’Union parlementaire africaine



a

Burundi : La CENI proclame les résultats provisoires du récent référendum



a

Référendum constitutionnel en cours au Burundi



a

Politique : La CENI autorise le vote par récépissé



a

Rumonge : Un élu du peuple dénonce une intolérance politique





Les plus populaires
Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 100 %)

Burundi : L’Assemblée nationale vers la nouvelle constitution ,(popularité : 60 %)

Politique : Le message du président de la République sur sa candidature de 2020 différemment interprété,(popularité : 17 %)

Burundi : Le président Domitien NDAYIZEYE dans le viseur de parti présidentiel,(popularité : 15 %)

Muyinga/Les chefs de collines en début de mandat n’ont plus le droit de percevoir des taxes,(popularité : 13 %)

Muhuzu : Le gouverneur de Rumonge apaise la tension,(popularité : 5 %)

Le Président Nkurunziza refuse la MAPROBU,(popularité : 5 %)

La Belgique regrette la tenue des éléctions présidentielles,(popularité : 4 %)

Dossier Rwasa : Un analyste appelle à la prudence de Bujumbura ,(popularité : 4 %)

Le Frodebu plaide pour la mise en place de la Haute Cour de Justice au Burundi ,(popularité : 4 %)