Burundi : Le Rwanda renvoie des ressortissants burundais "irréguliers"


L’administration communale de Ntega dit avoir déjà accueilli plus de 250 burundais refoulés du Rwanda depuis samedi , pays voisin du Burundi. La cause : ces burundais qui rentrent mains bredouilles refusent d’aller dans les camps de refugiés au Rwanda.



Par: Isanganiro , lundi 25 juin 2018  à 12 : 28 : 40
a

(Photo : Archive) Selon l’administrateur Philippe Ngabonziza, le premier groupe composé de 123 burundais est arrivé au Burundi ce samedi. Parmi eux, 95 personnes sont originaires de la commune Ntega et le reste provient des autres provinces du Burundi. En continuité de ce processus , ce dimanche, 80 burundais ont été chassés du Rwanda et ce lundi, 76 burundais sont déjà arrivés sur le sol burundais. Bref, dit l’administrateur de Ntega, même si l’opération visiblement reste en cours, plus de 250 sont déjà refoulés endéans trois jours.

L’administrateur de Ntega déplore que ces burundais, qui sont chassés après une attaque, rentrent mains vides. "Si un homme s’est marié à une rwandaise, il est sommé de laisser sa femme et ses enfants au Rwanda. Ces burundais laissent leur patrimoine dont les champs et les vélos au Rwanda alors qu’ils venaient d’y passer plusieurs années", dit Ngabonziza.

Selon cette autorité administrative, ces burundais sont obligés de rejoindre d’autres burundais qui sont dans les camps des refugiés dont Mahama au rwandais, ce que refusent ceux-ci, arguant qu’ils ne sont pas refugiés plutôt, ils se seraient rendus au Rwanda à la quête du travail. Une autre partie de ces refoulés , explique l’administrateur de Ntega, justifie qu’ils sont accusés d’avoir caché les auteurs d’une attaque perpétrée dans la localité où ils étaient basés la semaine écoulée.

Certains de ces refoulés sont reçus par leurs familles respectives, dit Philippe Ngabonziza alors que les autres sont transférés jusqu’aux chef-lieu de leurs provinces. L’administrateur de Ntega dit avoir contacté les autorités rwandaise sans succès et espère que ses autorités supérieures dont le gouverneur de Kirundo vont se saisir de ce cas pour une issue favorable.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

302 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 100 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 18 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 5 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 4 %)

Gihanga : Deux personnes d’une même famille tuées dans une embuscade ,(popularité : 4 %)

Le site de Businde est désormais un camp militaire ,(popularité : 4 %)

Le début de l’année devrait être prometteur,(popularité : 3 %)

Hussein Radjabu introuvable à Mpimba,(popularité : 3 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 3 %)

Nord Kivu : Boycott de l’appel du M23 par la population ,(popularité : 3 %)