Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Burundi : Les « mères » et « pères » célibataires chassés de la fondamentale


La ministre de l’éducation, de la formation technique et professionnelle ordonne que désormais, les filles engrossées et les garçons auteurs de l’école fondamentale ou post-fondamentale se retrouveront dans les écoles de métiers. Pour l’association APFB, cette décision vient pour punir doublement les victimes.



Par: Isanganiro , mardi 3 juillet 2018  à 17 : 56 : 13
a

Cette décision ressort du circulaire que la ministre de l’éducation, de la formation technique et professionnelle, a adressé à tous les Directeurs Provinciaux d’Enseignement. Janvière Ndirahisha fait savoir que toute élève féminine victime de grossesse ou contrainte au mariage étant encore au stade de l’école fondamentale ou post fondamentale et le garçon auteur de la grossesse ne seront plus autorisés à poursuivre le système éducatif formel tant public que privé. Pour elle, cette catégorie d’élèves sera seulement autorisée à suivre l’enseignement des métiers ou la formation professionnelle.

Selon certains élèves de la capitale Bujumbura, ce circulaire revêt un caractère injuste à l’endroit des filles engrossées et les garçons qui seront des auteurs. "Ils seront obligés de joindre des métiers alors qu’il ne s’agissait pas de leurs orientations", disent-ils. Pour d’autres, la décision de la ministre est tout à fait bonne. "Même s’ils quittent l’école fondamentale, au moins , ils suivront une formation dans les écoles des métiers et d’ailleurs, ils peuvent trouver à faire qui les aidera à prendre en charge le nouveau-né",expliquent-ils.

Un circulaire vu comme punition

Selon l’association pour la promotion de la fille burundaise APFB, ce circulaire de la ministre de l’éducation est une punition pour les écoliers. Pour Alice Nkunzimana, la coordinatrice, interdire à ces filles et garçons "jeune maman et jeune papa" de poursuivre leurs études à l’enseignement post-fondamental ou fondamental consiste à les punir doublement. "Au lieu de les chasser de l’école, il faudrait des mesures visant la protection de l’enfant car, si les écoliers se retrouvent dans ces actes, c’est toute la communauté, l’école y comprise qui a failli à sa mission d’éduquer", explique t- elle. Alice trouve malheureusement qu’une grossesse en milieu scolaire est un échec de la communauté et les éducateurs.

Or, dit la loi relative aux violences basée sur le genre au Burundi , "les écoles ont l’obligation de faire respecter le droit à l’éducation des filles célibataires". Les responsables, poursuit la même loi, doivent veiller au respect de ce droit.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

243 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises





Les plus populaires
L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 23 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 20 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 19 %)

EDUCATION/Pas de désœuvrement dans les classes de 9 ème à kabezi,(popularité : 19 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 19 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 19 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 18 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 18 %)

Bubanza : Manque criant de matelas aux écoles à régime d’internat,(popularité : 17 %)

Rumonge : Un dernier redéploiement des enseignants ?,(popularité : 17 %)