Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?


Depuis 2009, le gouvernement a initié une politique dite « charroi zéro » afin de réduire les charges budgétaires. Mais après bientôt une décenie,la politique semble avoir lamentablement échoué. L’organisation PARCEM le trouve que cette politique a saturé les poches de quelques individus.A contrario,la ministre de la bonne gouvernance nie l’échec total de ce programme.



Par: Isanganiro , vendredi 13 juillet 2018  à 17 : 51 : 22
a

L’annonce de la politique dite « charroi zéro » a été faite en 2009.Une politique salutaire selon certaines organisation de la société civile œuvrant dans le secteur de la bonne gouvernance. Après presque 10 ans,l’organisation Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités affirme que la politique de réduction des véhicules de l’Etat a connu un échec.Faustin Ndikumana,à la tête de cette organisation explique que « charroi zéro » n’a pas pu limiter les dépenses excessives comme attendu. « C’est une politique qui a subi un échec cuisant. L’objectif de cette politique est une réforme allant de nature à limier l’augmentation excessive des frais de fonctionnement liés au fonctionnement et à l’achat des véhicules. Malheureusement on a constaté que ces frais de fonctionnement ont continué à augmenter au même rythme qu’avant la mise en application de cette réforme », regrette Monsieur Ndikumana.

Faustin Ndikumana déplore également que la politique de « charroi zéro » n’a fait que remplir les poches de certains individus. « On a fallu vendre ces véhicules à des prix exorbitants. Il y a même des véhicules qui sont aujourd’hui en location. De plus, l’Etat continue d’acheter d’autres véhicules et c’est le même système qui continue », poursuit le président de la PARCEM. Il demande que la gestion de la politique de « charroi zéro » soit redéfinie pour éviter que ce soient toujours les citoyens qui doivent contribuer.

« L’exécution du projet « charroi zéro » sous une commission ad hoc », selon le ministère de la bonne gouvernance

Lors de la présentation des réalisations semestrielles de son ministère ce jeudi 12 juillet 2018, Jeanne d’Arc Kagayo ministre de la bonne gouvernance a indiqué que « charroi zéro » n’a pas été voué à l’échec. « Cette politique constitue notre préoccupation. Une commission chargée d’évaluer cette politique est à l’œuvre et elle a déjà présenté ses premiers rapports au gouvernement. Nous allons voir ce qu’il faut améliorer et les responsabilités par rapport à l’échec ou à la réussite de cette politique. Nous allons tout mettre en œuvre pour que cette politique réussisse », promet la ministre Kagayo.Elle justifie l’achat de véhicules neufs du gouvernement par l’état de vieillesse que connaissent les voitures en possession du gouvernement.
Au début de l’année 2018, l’Office Burundais des Recettes a invité les personnes ayant bénéficié ou achetée un véhicule de l’Etat pour s’acquitter de leurs charges fiscales.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

214 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation



a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction





Les plus populaires
BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout,(popularité : 13 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 4 %)

L’Inde et le Burundi signent un mémorandum d’entente,(popularité : 4 %)

Les femmes font avancer le pays ,(popularité : 3 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 3 %)

Burundi : Les talents informatiques locaux méconnus ,(popularité : 3 %)

SRDI- Riziculteurs : des sanctions aux cultivateurs insolvables ,(popularité : 3 %)

Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi,(popularité : 3 %)

Bubanza : chute des prix des produits alimentaires ,(popularité : 3 %)

Muyinga/Le café, nouvel investissement des dignitaires : quel secret ?,(popularité : 3 %)