Revue de presse du 14 juillet 2018




Par: Isanganiro , samedi 14 juillet 2018  à 11 : 25 : 42
a

Bonjour ou bonsoir selon votre zone d’écoute, débutons cette revue de presse par cet appel à la tolérance politique à l’endroit des étudiants de l’université du Burundi, particulièrement ceux du Campus Mutanga, où, comme l’écrit le journal Iwacu, l’intolérance politique qui s’installe ces derniers temps dans les campus suscite des doutes quant à leur mission d’éclaireur. L’éditorialiste de cette semaine rappelle en effet que « Rumuri », le flambeau, c’est ce nom élogieux que l’on donne à un universitaire. Tout un symbole, puisque pour les burundais, un universitaire devrait être un modèle de la société, un éclaireur supposé avoir une formation, des compétences et une largeur de vue et surtout de la hauteur qui le démarquent du reste de la population. Cependant, pour notre confrère, les tracts menaçants, qui appellent à « casser les dents des opposants » trouvés au campus Mutanga cette semaine montrent que deux camps s‘opposent dans un même campus, et que cela tranche avec cet esprit de tolérance, de respect des droits et libertés de ceux dont on ne partage pas les points de vue, ce qui devrait caractériser l’université, le lieu par excellence pour le combat d’idées partout au monde. Pour lui encore, il est malheureusement triste de constater que ces « éclaireurs », entre guillemets, ne comprennent pas ou ignorent sciemment les principes de base de toute démocratie. L’éditorialiste d’Iwacu de rappeler aux autorités universitaires qu’elles ont l’obligation de décourager la politisation malsaine de cette institution puisque la diversité, le pluralisme politique ne représentent ni une menace, ni un danger. Ainsi, conclut notre confrère, elles auront joué réellement leur rôle de former des élites qui portent le flambeau, qui éclaire et non la torche qui incendie.

Le même constat a été fait par le journal La Voix de l’Enseignant, qui titre : les tracts qui déshonorent l’université du Burundi

Ce journal écrit que les tracts qui véhiculent les messages de haine et de violence comme ceux qui ont été retrouvés le matin du 9 juin 2018 dans les enceintes du campus Mutanga de l’université du Burundi est une honte pour cette institution.

Ce journal rappelle que mis à part les tragiques événements de juin 1995, les étudiants et les professeurs de jadis ont essayé de concrétiser dans leur comportement et dans leurs actes leur surnom de (Rumuri) « Flambeaux de la Nation »

En effet, fait remarquer notre confrère, en dépit de ce qui les différenciait, ils se sont montrés solidaires pour défendre leurs intérêts et ceux de la Nation. A titre illustratif, ce sont les étudiants de l’université du Burundi, indistinctement de leur appartenance ethnique et politique, qui ont été les premiers à se mobiliser contre le système de « pondération par âge »que le gouvernement voulait introduire au niveau de l’école primaire en 1987. Ce système qui envisageait l’ajout des points à la note du concours national de la 6ème année aux élèves les plus jeunes, avait l’intention de favoriser les enfants des villes qui commençaient l’école trop tôt et qui ne redoublaient pas beaucoup ; ce qui a été décrié par les étudiants et les professeurs de l’université du Burundi. Quand bien même la grande majorité des étudiants étaient affiliés au parti unique de l’époque, cela ne leur empêchait pas de s’opposer énergiquement contre cette décision prise par les responsables de ce même parti, fait remarquer la Voix de l’Enseignant.

Pour le journal la Voix de l’Enseignant, l’université du Burundi n’a plus raison de se targuer d’être le flambeau (« Rumuri ») de la Nation, du moment où ses membres sont incapables de transcender ce qui les divisent pour faire un front commun contre les multiples défis qui les concernent tous.

Le journal spécialisé dans les questions économiques Burundi Eco revient sur la célébration mercredi 11 juillet de la journée mondiale de la population. Il rapporte le constat du Directeur Général de l’Institut des Statistiques et Etudes Economiques du Burundi (ISTEEBU à qui a expliqué qu’en se référant aux projections démographiques, la population burundaise est estimé à plus de 11 millions d’habitants. En moins de 10ans, la population a augmenté de 3millions d’habitants et plus. Pour lui, rapporte Burundi Eco, c’est vraiment une situation démographique pour laquelle il faut prendre des mesures. Il suggère l’intensification de la sensibilisation à l’utilisation des méthodes contraceptives et l’espacement des naissances.

La fraude refait surface selon le gouverneur de la province Muyinga ; l’Agence Burundaise de Presse rapporte que plus d’une centaine de pagnes et divers autres habits entrés frauduleusement ont été saisis mardi. Ce quotidien rapporte que le commissaire régional de la police a prévenu que les administratifs, les policiers, les militaires qui se rendront coupables de la complicité dans la fraude dénoncée au cours d’une réunion de sécurité, seront sévèrement sanctionnés.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

73 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message