Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie


Depuis deux mois, des enfants pour la plupart de moins de 15 ans inondent les parkings de Rumonge. Ils servent les passagers dans les véhicules au détriment des cafétérias, boulangeries, boutiques et des kiosques d’à coté qui disent travailler à perte. Ces derniers demandent à l’administration d’intervenir. Célestin Nitanga, administrateur communal de Rumonge promet de vider la question dans l’urgence.



Par: Isanganiro , lundi 16 juillet 2018  à 17 : 05 : 56
a

Selon certains détenteurs de cafétérias, boulangeries, boutiques et kiosques près des parkings de Rumonge, des commerçants ambulants, nombreux depuis mai 2018, ont freiné leur commerce. De l’eau glacée ou non en sachets, du lait glacé ou non en sachets, du pain, des beignets, des arachides, des œufs, des jus de plusieurs sortes sont en effet fournis aux passagers dans les véhicules alors que presque ces mêmes produits sont vendus dans les cafétérias, boulangeries, boutiques et kiosques d’à coté.

NL détenteur d’une cafétéria près du parking des véhicules faisant la liaison Bujumbura- Rumonge, dit que ses produits ne sont plus écoulés comme avant. Il fait savoir que ses habituels clients constitués essentiellement de passagers s’approvisionnent désormais à partir de ces commerçants ambulants, ce qui fait qu’il travaille à perte. Selon lui, l’administration communale qui perçoit régulièrement la taxe annuelle actuellement à 15000 francs burundais, devrait régler cette situation qui arrange les uns au détriment des autres avant qu’il ne soit tard car, selon lui, certaines boulangeries commencent à fermer leurs portes à cause de ce commerce.

Célestin Nitanga, administrateur communal de Rumonge dit être au courant de cette situation qui ne peut pas être réglée par les deux parties dont une paie la taxe communale et l’autre travaillant sans aucun contrat le liant avec la commune. Il fait savoir qu’il est difficile de chasser ces commerçants ambulants mais que la commune est en train de voir comment les taxer pour les ramener au meme pied d’égalité que leurs confrères payant annuellement une taxe.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

136 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption



a

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Le Burundi classé plus corrompus en Afrique de l’Est, mais avance en économie ,(popularité : 3 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 3 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 3 %)

Mwaro bientôt désenclavée !,(popularité : 3 %)

Inégale circulation de la monnaie : Une entrave pour l’accès au crédit,(popularité : 3 %)

Les enjeux autour de la prochaine convention sur l’exploitation du port de Bujumbura ,(popularité : 3 %)

Une loi sur la presse aussi contre la transparence macroéconomique ,(popularité : 3 %)

Le Burundi se prépare à la migration numérique,(popularité : 3 %)

Une politique de charroi zéro pour la croissance budgétaire au Burundi ,(popularité : 3 %)