Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA


Depuis le 9 Juillet courant se tient le 20eme sommet des Chefs d’Etats et des gouvernements à Lusaka en Zambie. Le porte parole adjoint du Président de la République annonce, deux jours avant la clôture dudit Sommet, que le Burundi n’y prendra pas part. Pour Alain Diomède Nzeyimana, c’est une réunion « illégale ». Du côté de l’organisation PARCEM, cette absence occasionne une énorme perte pour le pays.



Par: Isanganiro , mercredi 18 juillet 2018  à 17 : 55 : 40
a

Après que le 20eme sommet ait été délocalisé en Zambie alors qu’il était prévu se tenir au Burundi, la délégation burundaise devrait rejoindre d’autres pays membres de la Communauté du Marché Commun des Etats de l’Afrique de l’Est et Australe dans ce sommet qui se tient à Lusaka. Depuis les réunions préparatoires de ce grand sommet, il semble que le Burundi n’a pas été représenté. Après bientôt 10 jours de la tenue de ce sommet, c’est silence radio en ce qui concerne la participation du Burundi et les indemnités que réclame le gouvernement burundais pour avoir préparé l’événement mais sans l’accueillir.

La présidence de la République sort du silence.

JPEG - 24.2 ko
Alain Diomède Nzeyimana, porte parole adjoint du Président de la République

Dans une interview accordée exclusivement à la Radio Isanganiro, Alain Diomède Nzeyimana le porte parole adjoint du Président de la République déclare que le Burundi n’a pas participé a ce 20e sommet du COMESA. Pour lui, le Burundi ne peut pas se faire représenter dans une réunion dont la délocalisation n’a pas suivi les règles. « La décision de délocalisation devrait normalement être prise par trois Chefs d’Etats : le président burundais, celui du Madagascar et le président de l’Ethiopie qui constituent le Bureau du Sommet des Chefs d’Etats » ;explique Monsieur Nzeyimana avant d’ajouter que c’est ce qui justifie l’absence du Burundi en Zambie.

Ce numéro 2 à la présidence en charge de la communication accuse l’Union Européenne d’avoir une main mise dans la délocalisation de ce sommet. « Si les autres pays se sont faits représenter c’est normalement pour des intérêts personnels. Le COMESA est financé à un taux supérieur à 50 pourcent par l’Union Européenne, c’est pourquoi les autres ont participé car ils ont leurs intérêts à défendre », explique-t-il.

Alain Diomède indique que le Burundi ne va pas perdre car il n’a pas pris part au sommet mais plutôt a perdu avec la délocalisation. Il conclut que le Burundi a déjà officiellement saisi le Secrétariat Général du COMESA pour réclamer le remboursement des dépenses pendant la préparation du Sommet qui ne se tiendra pas au Burundi. Il ajoute que ce qui ressortira de ce sommet n’engage pas le Burundi.

A ce sujet, le président de l’organisation PARCEM trouve que toute relation extérieure devrait viser les intérêts économiques. Faustin Ndikumana indique que c’est dans de tels sommets que le Burundi devrait tirer l’épingle du jeu en nouant des partenariats avec d’autres pays. Il conclue que des sommets pareils sont très importants pour le pays car ils étudient de grands projets économiques.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

325 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 7 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 4 %)

L’Inde et le Burundi signent un mémorandum d’entente,(popularité : 3 %)

Comment accroitre la pauvreté au Burundi ,(popularité : 3 %)

La monnaie burundaise flotte, que faire ?,(popularité : 3 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 3 %)

Le syndicat des commerçants sommé de disparaitre,(popularité : 3 %)

Un projet qui ne rassure pas les affiliés de l’INSS,(popularité : 3 %)

Les boissons et limonades en hausse de 7,3% en moyenne ,(popularité : 2 %)

Le Burundi classé plus corrompus en Afrique de l’Est, mais avance en économie ,(popularité : 2 %)