Revue de Presse du 21 juillet


a



Par: Isanganiro , samedi 21 juillet 2018  à 10 : 53 : 46
a

Nous ouvrons cette revue de presse par l’éditorial de l’hebdomadaire Iwacu qui revient sur la journée du 18 juillet dédiée à Mandela. Mandela day en anglais. Si Mandela revenait, c’est le titre de l’éditorial. Il ne reviendra pas, bien entendu, mais son esprit plane sur tout le continent et au-delà.

Ses paroles simples et directes, ses mots avec sa voix de stentor résonnent encore en écho au palais des congrès de Kigobe : « President Buyoya, vice-president Domitien Ndayizeye, now it is up to the leadership and the people of Burundi to build a future of peace and security ». Si Madiba revenait, soutient Iwacu, il répèterait ce message à qui veut l’entendre. A sa manière, ce patriarche demanderait nommément à chaque politicien d’oublier son ego et de penser à l’avenir du pays.

Mandela se mettrait à maudire l’exclusion, la corruption, le non-respect de la parole donnée et des textes fondamentaux. Il leur recommanderait de mettre de côté leurs égoïsmes, leurs entêtements pour reconstruire cette nation qui n’en finit pas de saigner, de pleurer et de panser ses blessures. Et le journal de s’exclamer : tu nous manques, Mandela !

Les élèves proposent une contribution manuelle aux élections de 2020. Ils disent ne pas comprendre comment le gouvernement leur demande de contribuer pour les élections de 2020, alors qu’il sait bien qu’ils n’ont aucune source de revenu. Selon le journal la voix de l’enseignant, ces élèves promettent de contribuer autrement.
C’est notamment en participant aux travaux d’intérêt public comme la fabrication des briques, la construction des écoles, des stades, ou l’aménagement des routes pendant les grandes vacances. L’argent prévue pour ces travaux pourrait être affecté à l’organisation des élections. En contre- partie, ces jeunes demandent au gouvernement d’améliorer les conditions d’apprentissage en leur octroyant le matériel scolaire et en améliorant les conditions de vie à l’internat, pour ceux qui y sont.

Dans l’entre-temps, le président de la république Pierre Nkurunnziza a lancé mercredi des camps d’été pour les élèves en vacances.
L’agence burundaise de presse, précise que le lancement a eu lieu au stade Ingoma de Gitega. Les camps d’été des élèves en vacances seront organisées dans toutes les communes du pays selon toujours l’ABP, et seront centrées sur l’exécution des œuvres de développement comme la construction des infrastructures communautaires.

Le magazine Burundi éco écrit sur le système BMD à l’enseignement supérieur. La réussite oui, mais la compétence des lauréats est douteuse.
Depuis qu’il a commencé en 2011, le taux de réussite est élevé. Néanmoins, La compétence des lauréats est douteuse. La réforme BMB rentre dans le cadre de la mondialisation. Il s’agit selon notre confrère, de mettre en place un système d’enseignement comparable aux autres systèmes d’enseignement dans la région et dans le monde. Le doyen de l’Institut de pédagogie appliquée, cité par Burundi Eco, renseigne qu’en Europe, chaque pays a son propre système. Ils ont voulu harmoniser leurs systèmes pour permettre à leurs jeunes d’étudier dans différents pays et d’y chercher de l’emploi avec des diplômes et des systèmes d’enseignement comparables.

En Afrique, le constat a été que l’organisation des enseignements était reposée essentiellement sur l’idéologie du colonisateur. Il y avait un système anglais, français, belge et allemand. Le cursus des enseignements était différent. Aujourd’hui, dans le monde, ils ont opté pour le système BMD pour que la licence puisse être obtenue après trois ans, ce qui correspond au baccalauréat, le master enseigné en deux ans et le doctorat en trois ans.

Garde-malade, plan B pour les chômeurs burundais. La communauté de blogueurs Yaga écrit qu’au-delà des conditions difficiles, prendre soin des malades devient de plus en plus un gagne-pain pour plusieurs chômeurs de Bujumbura, la capitale.
Beaucoup de jeunes, surtout les chômeurs diplômés, y aspirent. De l’Hôpital Militaire à l’hôpital Roi Khaled, en passant par l’hôpital Prince Régent, ceux qui s’y adonnent sont nombreux. L’effectif de ceux qui font ce métier augmente progressivement à en croire encore Yaga. Une association ″Umwizigirwa″ a même vu le jour dans le but de former les nouveaux sur les petites notions médicales et certaines approches psychologiques envers les comportements des malades.

Le journal iwacu revient pour parler de Huhahuha à Ngozi au nord. Une alternative à la boisson interdite dite ikibarube.
Cette boisson est principalement servie dans les bistrots des quartiers périphériques. Huhahuha attire les petites gens soucieuses de noyer leurs soucis. Les clients affluent de toutes parts selon Iwacu. Ce sont en général ceux dont les conditions de vie sont modestes. Des maçons, des taxi-vélos, des réparateurs de vélos ou de motos, des agriculteurs, etc. les femmes et les hommes s’y retrouvent et trinquent. Avec huhahuha, il n’y a pas d’exception.

Ainsi s’achève cette revue hebdomadaire de la presse. Nous vous souhaitons de passer un excellent weekend, à la prochaine.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

86 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message