Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain

Sport et culture


Bujumbura abrite la 2ème édition du tournoi de Golf


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète


Depuis près d’un mois, le stock du service de prise en charge des personnes vivant avec le VIH/SIDA à l’hôpital public de Rumonge n’offre plus de Bactrim. Ceux qui ont besoin de ces comprimés sont référés à des pharmacies et ceux qui n’ont pas des moyens financiers pour s’en procurer désespèrent. Orépa Ngendakuriyo, représentante du RBP+ en province Rumonge, demande au gouvernement burundais de rendre disponible ces comprimés avant qu’il ne soit tard.



Par: Isanganiro , dimanche 22 juillet 2018  à 11 : 31 : 58
a

I.E est une séropositive de Rumonge depuis 6ans. Comme elle le témoigne, pas un seul comprimé de Bactrim dans le stock du service de prise en charge des personnes vivant avec le VIH/SIDA à l’hôpital public de Rumonge et cela depuis un mois. « Pour le moment, tout ce qu’on peut avoir ce sont des ordonnances médicales qui nous sont données. On est obligé d’aller s’approvisionner en médicaments chez les privés. »

La recherche de ces médicaments est un exercice difficile pour ceux qui n’ont pas de moyens financiers pour s’en procurer. « Dernièrement, j’ai dû acheter le tiers de ma cure par manque d’argent. Je ne sais pas ce que je vais devenir quand ces 10 comprimés vont se terminer. »

Selon Orépa Ngendakuriyo, représentante provinciale du Réseau des Personnes Vivant avec le VIH/SIDA à Rumonge, les Bactrim constituent la base de la consommation des antirétroviraux. « Le manque de ce médicament détériore la santé du patient. Deux à trois jours sans prendre ce médicament suffisent pour attraper la diarrhée et la toux aigue, les deux affaiblissant rapidement le malade et pouvant même précipiter sa mort », explique Orépa.

Elle est consciente que peu de membres de ce réseau à Rumonge sont à mesure de se procurer pendant longtemps du Bactrim et demande au gouvernement burundais via le ministère ayant la lutte contre le SIDA dans ses attributions de rendre disponibles les Bactrim avant que le pire n’arrive.

Dr Emile Nkurunziza, médecin chef de District sanitaire de Rumonge, contacté à ce sujet, dit qu’il est au courant de ce problème sur lequel il se dit incompétent de s’exprimer. Selon lui, toute question relative à ce problème est à poser au Programme National de Lutte contre le SIDA.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

302 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive





Les plus populaires
Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école,(popularité : 83 %)

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB,(popularité : 44 %)

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain,(popularité : 41 %)

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés,(popularité : 14 %)

Les boissons prohibées, un mal pour le pays,(popularité : 8 %)

Muyinga : Les chrétiens doivent s’engager dans la politique,(popularité : 6 %)

Burundi : Le redéploiement des enseignants : Même la gardienne touchée à Musaga I,(popularité : 6 %)

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises,(popularité : 6 %)

Le français sur une pente glissante au Burundi malgré les efforts de la francophonie,(popularité : 5 %)

Vie chère : La société civile demande l’intervention du chef d’Etat en moins de deux semaines ,(popularité : 5 %)