Gouvernance : S’agit-il d’un chevauchement des ministères ?


Avec le nouveau gouvernement du 19 mai de cette année, entre autres ministères, deux d’ entre eux travaillant spécialement pour le développement local ont vu le jour. C’est le ministère de l’intérieur, formation patriotique et développement local ainsi que le ministère de la décentralisation et réforme institutionnelle. Le porte-parole de ce dernier rassure « pour l’ instant on ne peut pas parler de chevauchement ».



Par: Isanganiro , mardi 7 août 2018  à 17 : 04 : 47
a

Avec cette nouvelle équipe gouvernementale de mi-mai, le ministère du développement communal a été scindé en deux et une partie a rejoint le ministère burundais de l’intérieur et de la formation patriotique .La partie restante s’appelle désormais ministère de la décentralisation, un ministère ôté du développement local.

Des missions

Bien qu’un décret présidentiel spécifiant clairement les missions de ces deux ministères se fasse toujours attendre, le ministère de la décentralisation est chargé d’exécuter la politique nationale de décentralisation. "Concrètement, ce ministère doit veiller au transfert efficace des pouvoirs et compétences, de veiller à la gouvernance locale de la commune sans oublier le développement économique locale", précise le porte-parole dudit ministère.

Un développement économique local suppose des moyens financiers, une mission pas facile du moment que le fonds de soutien des communes FONIC et le Micro crédit Rural sont actuellement hébergés au ministère burundais de l’intérieur et de la formation patriotique avec la nouvelle dénomination des ministères. A cette inquiétude, Baltazar NIYONZIMA reconnait que pour réussir leur mission, il y a un lien étroit entre la décentralisation et le développement local. Que les deux fonds ne soient pas sous un même ministère M.NIYONZIMA porte- parole de ce ministère, évoque plutôt l’unicité du gouvernement .Toutefois, il souligne qu’il y aura un cadre de concertation et de collaboration horizontale ou verticale pour voir comment ils peuvent faire aboutir la décentralisation.

Une commission ad hoc

Bien que niant tout chevauchement entre les deux ministères, Baltazar NIYONZIMA précise qu’une commission a été mise en place pour se pencher sur la question. "Il ne peut pas y avoir de blocage dans la réalisation des missions de ces deux ministères", ajoute-t-il.
Ce porte-parole du ministère de la décentralisation se garde de tout commentaire sur la journée dédiée aux communes qui vient d’être célébrée ce samedi 4 août. Il rappelle tout simplement que cette journée a été instaurée par décret présidentiel.

Une certaine opinion fait savoir que cette journée est consacrée à festoyer plutôt qu’ une journée de mise en place, de réflexion et d’ évaluation des projets de développement communal sur une certaine période notamment le P.C.D.C ( Plan Communal de Développement Local ) .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

217 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent



a

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout





Les plus populaires
Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 56 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 24 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 15 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 14 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 9 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 6 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 5 %)

Grève : Pourtant ces sections sont utiles ,(popularité : 4 %)

Burundi : Maquillage, le revers de la médaille,(popularité : 3 %)

Droits de l’homme : Nouvelle contribution au nom de « solidarité locale » !,(popularité : 3 %)