Prisons au Burundi en 2011 : « calvaire pour les détenus »




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 24 avril 2012  à 09 : 23 : 31
a

« Les prévenus détenus étaient de 5336 sur un effectif total de 10432, soit un taux de 51,15%. Il est également déplorable de constater que les présumés coupables qui ont bénéficié d’une liberté provisoire soient de 33 sur 638 proposés, » tel est le contenu du rapport de l’Observatoire Burundais des Prisons, OBP, sur la situation des détenus dans les établissements pénitentiaires pour l’année 2011.

Les mesures d’améliorations de détensions se cherchent encore selon ce rapport.

Parmi plus de 4000 personnes condamnées, seulement 33 ont bénéficié d’une libération conditionnelle alors que nombreux d’entre eux pouvaient aussi en bénéficier du moins dans les normes.

L’élargissement enfin de peine a concerné uniquement 1367 personnes selon toujours ce rapport.

Parmi ces personnes locataires des établissements pénitentiaires en 2011, 908 d’entre eux sont des vulnérables c’est-à-dire des femmes, des nourrissons et des mineurs.

392 mineurs sont incarcérés dans les mêmes cellules que les adultes. Inévitablement, indique ce rapport, à force de cohabiter avec les délinquants, les mineurs risquent de devenir des délinquants de renom au lieu de changer de comportement.

84 nourrissons, nés pour la plupart d’entre eux dans les prisons, sont traités sur tous les plans comme des détenus adultes, selon le contenu de ce rapport.

432 femmes détenues ne sont séparés des hommes que théoriquement parce qu’elles partagent le même lieu que leurs codétenus masculins.

L’Obp demande à la justice de vider au plus vite les dossiers et de promouvoir la condamnation avec sursis pour les délits moins graves.

Selon toujours l’Obp, les travaux d’intérêt général devraient être instaurés par le gouvernement pour jouer le rôle de peine applicable.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

554 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »



a

Burundi : CNIDH perd les points





Les plus populaires
Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes,(popularité : 4 %)

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 4 %)

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts,(popularité : 3 %)

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika,(popularité : 2 %)

Afffaire Manirumva : cinq ans après, Rufyiri dans le colimateur du Ministère public,(popularité : 2 %)

MAHOPA : fuite ou enlèvement ?,(popularité : 2 %)

Le calme semble être revenu à la prison centrale de Gitega,(popularité : 2 %)

La CNIDH sensibilise les autorités locales sur les principe de protection des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

Hassan Ruvakuki : De la perpetuité à trois ans ! ,(popularité : 2 %)

Le nouveau locataire de Mpimba n’est qu’ une goute d’eau dans l’océan,(popularité : 2 %)