Actualité thématique

Economie


Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques

Environnement


Muyinga. Des habitants s’organisent pour parer au ravinement continu des rues

Justice/Droits de l’homme


L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


La levée des sanctions contre la BBC et VOA n’est pas pour aujourd’hui

Santé


Hôpital Mpanda : Contribution de 2000 tournant vers une amende de 20 litres de gasoil suspendue par le ministère

Sécurité


Mutimbuzi : Deux policiers tués par un inconnu ce mardi

Société


« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge

Sport et culture


L’équipe nationale U-23 déterminée à battre les Diables du Congo Brazza ce mercredi


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 18 ntwarante 2019

Débat


Mosaïque, 16 mars 2019

Diaspora


Karadiridimba, 17 ntwarante 2019

Economie


Umuyange, 6 Munyonyo 2018

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 18 ntwarante 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 28 ruhuhuma 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 8 ruhuhuma 2019

Mugona iki ?


Gira ico ushikirije, 15 ntwarante 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 17 ntwarante 2019


Education : Un sac de ciment pour valider l’inscription d’un nouvel élève


Les parents qui désirent des places pour leurs enfants à l’école fondamentale dite Socarti de Musaga se plaignent contre les exigences de la direction scolaire ; ils renseignent en effet qu’ils sont obligés de donner un ou deux sacs de ciments, ou l’équivalent en argent. Ces parents demandent que de telles conditions soient supprimées.



Par: Isanganiro , lundi 20 août 2018  à 15 : 14 : 48
a

Cette école dite Socarti se trouve à la 18ème avenue Kinanira en zone Musaga. Un parent qui s’est confié à la radio isanganiro affirme que l’obtention de la place est monnayée. " Si tu vas lui demander la place sans 25.000 francs, elle ne te reçoit pas. Et si tu lui demandes un reçu, elle ne te donne pas. Elle dit que c’est un consensus d’une réunion qui a eu lieu. Entre qui et qui ? Moi je ne sais pas. La directrice te dit simplement, vas, quand tu auras l’argent tu reviendras", disent-ils

La directrice de l’école dit simplement que la décision est venue d’un consensus entre l’école et les parents. Pour sa part, le président du comité des parents, Pacelli Izonkiza, indique avoir eu le rapport d’une réunion qui aurait rassemblé près de 50 personnes, qui ont décidé d’appuyer l’école en ce sens.
M. Izonkiza affirme cependant qu’il n’était pas au courant de tout ; il compte rencontrer dans l’urgence tous les concernés en vue de se pencher sur les lamentations des parents.

Pour un enfant venu d’ailleurs, la direction exige un ou deux sacs de ciment selon le degré d’enseignement pour les enfants venus d’ailleurs. L’ordonnance ministérielle de juillet dernier appelle les responsables scolaires à ne rien exiger pour les parents qui demandent des places pour leurs enfants.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

192 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Cultures vivrières : Un défi pour le Burundi,(popularité : 25 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 14 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 14 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 12 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 12 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 12 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 12 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 11 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 11 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 11 %)