Revue de presse du 25 Aout 2018




Par: Isanganiro , samedi 25 août 2018  à 11 : 06 : 25
a

Bougez-vous !, s’exclame le journal Iwacu en une de sa parution de vendredi avec deux portraits, celui du médiateur dans le dialogue interburundais, Yoweri Museveni, et du facilitateur Benjamin Mkapa.

L’éditorialiste d’Iwacu croit à un dénouement heureux du cinquième et, peut-être, le dernier round des pourparlers inter-burundais, pourvu que chacun joue son rôle. Mais, comme il n’y a plus beaucoup de temps et que les élections de 2020 approchent à grands pas, notre confrère estime que ce qui est pressent, c’est l’organisation des élections avec une feuille de route consensuelle, et que la mission du facilitateur sera de mettre ensemble les parties en conflit et créer un modus vivendi contenu dans un accord accepté par toutes les parties.

Le journal Burundi Eco s’inquiète des spéculations qui entourent l’interdiction de l’utilisation des sacs et emballages en plastique

Au moment où les amis de la nature se réjouissent de cette mesure qui limitera de manière drastique la pollution, les consommateurs eux le paient chers. Il fait remarquer que les prix des sachets ont grimpé à la minute même de l’annonce de cette mesure. Ce journal spécialisé dans les questions économiques estime que cette hausse de prix des sacs en plastique n’est pas fon- dé surtout qu’un délai de grâce de 18 mois est accordé, à compter de l’entrée en vigueur du présent décret, pour vendre les stocks disponibles et honorer les commandes déjà passées. Ce qui explique que l’interdiction de l’utilisation des sacs en plastique sera effective en 2020. Burundi Eco conclut dans son éditorial de cette semaine que pour la réussite de cette initiative, le gouvernement devrait prendre des mesures d’accompagnement permettant une mise en application aisée de cette mesure et bannir toute forme de spéculation pour protéger le consommateur.

L’agence burundaise revient sur la peste porcine africaine qui a fait plus de 900 bêtes en l’espace de deux semaines dans les communes de Gitanga et Giharo de la province Rutana.

Lors de sa descente dans cette province, Serges Nkurunziza , directeur général de l’élevage a indiqué qu’avec la mort de ces animaux , c’ est plus de 63 millions de francs burundais qu’ auraient empochés les éleveurs , et qui se sont volatilisé avec comme conséquence de l’ appauvrissement des familles victimes. Il a ainsi recommandé d’arrêter le mouvement de déplacement des porcs , l’abattage et la consommation de sa viande jusqu’ à nouvel ordre tout en soulignant que les produits de désinfection sont disponibles pour les pulvériser partout où cette maladie se sera déclarée ou suspectée, rapporte l’ABP.

Le directeur général de l’élevage qui précisé dans les colonnes de ce quotidien que la maladie est virale et n’a pas de vaccin, appelle les éleveurs de porcs de tout le pays à être vigilants et à travailler étroitement en collaboration avec les vétérinaires.

Provenance régionale et politique : des filtres qui bloquent la cohésion scolaire à Bubanza, titre le journal La Voix de l’Enseignant

Les enseignants de Bubanza déplorent le fait que les autorités scolaires et administratives les catégorisent en fonction de leurs origines et de leurs affiliations politiques. Ce journal rapporte que les enseignants non originaires de cette localité ou non membres du parti au pouvoir font régulièrement objets des harcèlements administratifs et des intimidations des parents ou des élèves les accusant de faire échouer injustement les élèves. Les enseignants de Bubanza suggèrent une synergie entre les directions scolaires, les conseils communaux et provinciaux de l’enseignement pour assainir le climat scolaire, reprend La Voix de l’Enseignant qui donne aussi quelques détails sur une nouvelle approche d’orientation à l’enseignement supérieur public burundais motivée par de nombreuses déperditions avec l’ancien système d’orientation comme l’a remarqué l’autorité du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. L’étudiant lui-même va se faire inscrire dans une filière et a encore le choix au second, voire au troisième choix, selon les critères arrêtés et les demandes dans la filière, précise La Voix de l’Enseignant.

La communauté des blogeurs Yaga revient également sur cette nouvelle approche d’orientation. Une question taraude la plupart des lauréats : sur quels critères se baser pour choisir sa « faculté » ? Yaga propose ainsi quelques astuces.

Pour dissiper vos doutes et vos peurs, informez- vous ; puis cherchez ce qui vous motive ; ensuite, vérifiez les débouchés, et enfin trouvez les études que vous allez réussir.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

54 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message