L’armée Burundaise, est elle capable de nourrir ses hommes




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 24 avril 2012  à 16 : 26 : 28
a

« On ajuste les prix notamment grâce à la révision budgétaire de façon à donner au militaire la part de nourriture qui est la sienne, » ce sont les propos du colonel Gaspard Baratuza, porte-parole du ministère de la défense et des anciens combattants dans un point de presse qu’il a tenu en réactions contre les propos du président de l’Olucome, selon lesquels ce ministère aurait du mal à faire nourrir les soldats suite à la cherté des prix sur le marché.

Gabriel Rufyiri avait en effet dit que les militaires dans certaines casernes sont obligés de manger la pate de maïs. Dans d’autres casernes, l’argent destiné à l’amélioration du régime alimentaire est difficile d’accès.

Le porte-parole de l’armée Burundaise, Gaspard Baratuza, dit que ces allégations sont dépourvues de fondements. Selon lui, le régime alimentaire est resté le même, à savoir le riz, le haricot, et la viande et autre, aussi bien en qualité qu’en quantité.

La hausse des prix sur le marché n’affecte-t-elle pas dangereusement le budget prévu dans ce domaine ? Les militaires, continuent-ils à recevoir la nourriture qui leur est destinée aussi en qualité qu’en quantité comme de par le passé ?

Le porte-parole de l’armée Burundaise ne passe pas par quatre chemins en réponse à ces interrogations. Selon le Colonel Gaspard Baratuza, les révisions budgétaires qui sont faites au milieu de l’année visent à faire face à ces inquiétudes.

Le président de l’Olucome avait indiqué que certains ministères ont du mal à faire nourrir les personnes, inclus le ministère de l’éducation pour le cas des écoles à régime d’internat, le ministère de la sécurité publique, le ministère de la justice pour la catégorie des détenus dans les établissements pénitentiaires du pays, et autres.

Le ministère de la défense a été le seul à réagir sur ces allégations jusqu’à présent.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

814 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 14 %)

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 12 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 5 %)

Les victimes des intrigues bancaires dans le désarroi ,(popularité : 4 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 4 %)

Gitega : Vers la reprise d’un manque criant du carburant ?,(popularité : 3 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 3 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 3 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 3 %)

Burundi : "A quel prix se vend le ciment burundais ?", s’interrogent les vendeurs,(popularité : 3 %)