L’armée Burundaise, est elle capable de nourrir ses hommes




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 24 avril 2012  à 16 : 26 : 28
a

« On ajuste les prix notamment grâce à la révision budgétaire de façon à donner au militaire la part de nourriture qui est la sienne, » ce sont les propos du colonel Gaspard Baratuza, porte-parole du ministère de la défense et des anciens combattants dans un point de presse qu’il a tenu en réactions contre les propos du président de l’Olucome, selon lesquels ce ministère aurait du mal à faire nourrir les soldats suite à la cherté des prix sur le marché.

Gabriel Rufyiri avait en effet dit que les militaires dans certaines casernes sont obligés de manger la pate de maïs. Dans d’autres casernes, l’argent destiné à l’amélioration du régime alimentaire est difficile d’accès.

Le porte-parole de l’armée Burundaise, Gaspard Baratuza, dit que ces allégations sont dépourvues de fondements. Selon lui, le régime alimentaire est resté le même, à savoir le riz, le haricot, et la viande et autre, aussi bien en qualité qu’en quantité.

La hausse des prix sur le marché n’affecte-t-elle pas dangereusement le budget prévu dans ce domaine ? Les militaires, continuent-ils à recevoir la nourriture qui leur est destinée aussi en qualité qu’en quantité comme de par le passé ?

Le porte-parole de l’armée Burundaise ne passe pas par quatre chemins en réponse à ces interrogations. Selon le Colonel Gaspard Baratuza, les révisions budgétaires qui sont faites au milieu de l’année visent à faire face à ces inquiétudes.

Le président de l’Olucome avait indiqué que certains ministères ont du mal à faire nourrir les personnes, inclus le ministère de l’éducation pour le cas des écoles à régime d’internat, le ministère de la sécurité publique, le ministère de la justice pour la catégorie des détenus dans les établissements pénitentiaires du pays, et autres.

Le ministère de la défense a été le seul à réagir sur ces allégations jusqu’à présent.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

839 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 15 %)

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 7 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 7 %)

Foire informatique : Les jeunes moins intéressés ,(popularité : 7 %)

Rumonge : Le site des eaux thermales de Mugara peu fréquenté,(popularité : 6 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 6 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 6 %)

Grognes des abonnés de la Regideso à Buyenzi,(popularité : 6 %)

Des véhicules de l’armée, de la police, des ONG, des ambulances dans la fraude ,(popularité : 6 %)

Des conflits autour de la salubrité en Marie de Bujumbura ,(popularité : 6 %)