Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons


Les employés de la société Lumitel poursuivent leur mouvement de grève entamé depuis le 06 septembre. A l’inspection générale du travail où ils s’étaient adressés pour question de conciliation avec l’employeur, l’on a déjà transmis le dossier à l’échelon supérieur, c’est-à-dire au ministère de la fonction publique. Les employés de Lumitel espèrent que là ils pourront avoir de réponses à leurs doléances



Par: Isanganiro , mercredi 19 septembre 2018  à 17 : 39 : 47
a

Ces employés de lumitel affirment que leur employeur n’affiche aucune volonté de se concilier avec eux. Cela se manifeste par son absence dans tous les rendez-vous fixés par l’inspection générale du travail pour les écouter, déplore l’un d’eux.

Selon les mêmes employés, l’inspection générale du travail n’a ménagé aucun effort pour concilier les deux parties mais sans succès. Là où en sont les choses pour le moment, disent-ils, la même inspection générale a déjà transmis le dossier à l’échelon supérieur, c’est-à-dire au niveau du ministère du travail. C’est là où ils attendent la solution.

Les employés de Lumitel ont dressé une liste de 17 doléances au début de leur mouvement de grève. Entre autres réclamations, il y a les contrats de travail à durée indéterminé, le mode de calcul de la prime d’ancienneté qui selon eux n’est pas conforme, le mode de calcul de l’IPR et de l’INSS, etc. ils affirment qu’au lieu de donner au personnel, les contrats à durée indéterminée, l’employeur préfère de temps en temps les faire retourner de façon cyclique, au statut de stagiaire ; il y a de cela quatre ans.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

107 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques





Les plus populaires
Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire ,(popularité : 19 %)

Le Général Rodrigue Bunyoni n’est plus ,(popularité : 6 %)

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 5 %)

Le Focode élève la voix en faveur des Pasteurs ,(popularité : 5 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 5 %)

Bururi : Des huttes côtoient des villas au chef-lieu de la province,(popularité : 5 %)

CONAPES rejette une fiche d’identification d’une catégorie d’enseignants en Mairie de Bujumbura,(popularité : 5 %)

Cooptation d’une note de 10% aux finalistes de l’école secondaire,(popularité : 5 %)

DPE Bururi : Difficile reconstitution des stocks en vivres à l’internat,(popularité : 5 %)

Les victimes du viol devaient poursuivre leurs bourreaux en justice,(popularité : 5 %)