Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services


Certains des demandeurs de services à l’hôpital public de Rumonge se disent satisfaits de la manière dont ils sont accueillis et traités au moment où d’autres en sont insatisfaits et préfèrent les services privés. Pour le Docteur Ernest Nditoreye, directeur de cet hôpital, ceux-là qui se disent insatisfaits ignorent encore le circuit des soins.



Par: Isanganiro , lundi 24 septembre 2018  à 16 : 47 : 47
a

Parmi les personnes satisfaites des services offerts par l’hôpital public de Rumonge, c’est cette femme du quartier Rukinga de la ville de Rumonge. Comme elle le dit, durant une semaine qu’elle vient d’y passer après son accouchement à la césarienne, elle est convenablement soignée et se remet progressivement. Cette mère de 4enfants espère pouvoir renter chez elle dans peu de jours.

Un homme habitant Gihwanya dans cette même ville de Rumonge n’est pas de cet avis. Selon lui, les services offerts à cet hôpital sont extrêmement lents qu’il préfère se faire soigner chez les privés. A part cette lenteur, cet homme explique qu’il est toujours référé aux pharmacies privées. C’est là en effet qu’il se sent à l’aise et est mieux servi en médicaments car, selon lui, les pharmacies chez les privés sont garnies.

Pour le Docteur Ernest Nditoreye, médecin directeur de cet hôpital, il y a un circuit obligatoire des soins dans le public qui n’existe pas chez les privés. Il explique que c’est pour pouvoir contrôler tout ce qui se fait dans cet hôpital dans l’optique de dresser un rapport de la situation de cet établissement sanitaire qui sert à qui de droit.

Docteur Ernest Nditoreye apprécie plutôt positivement le travail accompli par son personnel. Selon lui, Tout ce circuit ne peut en effet dépasser 3h de temps malgré l’afflux massif de la population qui se confie à cet hôpital, le seul que compte la province Rumonge avec plus de 500000 habitants et par conséquent le seul à offrir la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5ans.

S’agissant des lamentations selon lesquelles un patient est toujours référé dans les pharmacies privées, le directeur de l’hôpital public de Rumonge explique qu’un médecin prescrit un médicament suivant le problème posé par le malade et non selon la disponibilité dudit médicament dans la pharmacie de l’hôpital. Il revient donc au malade de chercher ce médicament lui prescrit.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

64 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Musigati, les adeptes d’Eusébie boudent le vaccin contre la méningite



a

Santé : Plus d’une semaine de vaccination contre la Méningite



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Bubanza : La population est appelée à répondre à la semaine santé mère-enfant



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats





Les plus populaires
Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale ! ,(popularité : 4 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 3 %)

Musigati, les adeptes d’Eusébie boudent le vaccin contre la méningite,(popularité : 2 %)

Floresta - Burundi : Une ONG pour mieux éduquer la population à lutter contre la faim ,(popularité : 2 %)

L’Union Européenne déçue par la nouvelle loi sur la presse ,(popularité : 2 %)

Université du Burundi : La commémoration des massacres reportée à la dernière minute ,(popularité : 2 %)

La loi vient envenimer davantage la pauvreté des Burundais ,(popularité : 2 %)

Nyanza lac : Des escrocs se font agents de la CNTB ,(popularité : 2 %)

Loi sur la presse : La Belgique inquiète, mais pas découragée ,(popularité : 2 %)

Education : Les parents appellent les deux parties à s’entendre ,(popularité : 2 %)