Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction


Les prix de certains produits vivriers ont sensiblement diminué ces derniers jours sur les marchés de la province Bubanza. Par exemple, le prix des tomates a chuté jusqu’à 50%. les pastèques, les aubergines et les patates douces sont également en grande quantité sur les marchés. Les clients reconnaissent le bon encadrement des moniteurs agricoles et la disponibilité des produits phytosanitaires .



Par: Isanganiro , jeudi 27 septembre 2018  à 10 : 57 : 01
a

Sur différents marchés de la province Bubanza, surtout ceux situés dans la plaine, on constate surproduction de tomates, d’aubergines, de patates douces, d’ognons et autres. Les acheteurs disent être satisfaits de la chute des prix mais les cultivateurs et les vendeurs se lamentent. "Vendre un panier rempli de tomates à 20 mille Fr bu alors que le même panier se vendait à un prix variant entre 30 et40 mille Fr bu aux mois de juin et mai cette année, nous travaillons vraiment à perte", déplore un cultivateur de Gihanga. Il reconnait que les cultivateurs de cette denrée sont devenus nombreux ces jours-ci et demande à l’état de les aider dans la mise en place des unités de transformation des tomates afin de pouvoir les conserver longtemps.

Marie Rose Kankindi, vendeuse de pastèques explique que ce produit est récolté actuellement en abondance mais regrette la chute des prix. « Un pastèque qui était vendu à mille Franc le mois dernier coute aujourd’hui cinq cent Franc", dit-elle. Kankindi affirme que ces bonnes récoltes de certains produits vivriers en saison culturale résulte de bon encadrement des moniteurs agricoles et aussi de la disponibilité de l’engrais chimique et d’autres produits phytosanitaires même s’ils sont chers .

Dans cette province de Bubanza, selon les agriculteurs , les aubergines, les poivrons et les ognons sont également en grande quantité actuellement. La preuve en est que justifient ces agriculteurs, un kilo de pomme de terre non cultivée dans cette province de Bubanza qui s’achetait 900 franc le mois dernier coute aujourd’hui 600 Fr, un signe que cette denrée est en période de récolte dans les autres régions qui la produisent.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

164 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 9 %)

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction,(popularité : 6 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 4 %)

Muyinga/Le café, nouvel investissement des dignitaires : quel secret ?,(popularité : 3 %)

Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 3 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 3 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 3 %)

Quand la loi bloque les activités commerciales,(popularité : 3 %)

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption ,(popularité : 3 %)