Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction


Les prix de certains produits vivriers ont sensiblement diminué ces derniers jours sur les marchés de la province Bubanza. Par exemple, le prix des tomates a chuté jusqu’à 50%. les pastèques, les aubergines et les patates douces sont également en grande quantité sur les marchés. Les clients reconnaissent le bon encadrement des moniteurs agricoles et la disponibilité des produits phytosanitaires .



Par: Isanganiro , jeudi 27 septembre 2018  à 10 : 57 : 01
a

Sur différents marchés de la province Bubanza, surtout ceux situés dans la plaine, on constate surproduction de tomates, d’aubergines, de patates douces, d’ognons et autres. Les acheteurs disent être satisfaits de la chute des prix mais les cultivateurs et les vendeurs se lamentent. "Vendre un panier rempli de tomates à 20 mille Fr bu alors que le même panier se vendait à un prix variant entre 30 et40 mille Fr bu aux mois de juin et mai cette année, nous travaillons vraiment à perte", déplore un cultivateur de Gihanga. Il reconnait que les cultivateurs de cette denrée sont devenus nombreux ces jours-ci et demande à l’état de les aider dans la mise en place des unités de transformation des tomates afin de pouvoir les conserver longtemps.

Marie Rose Kankindi, vendeuse de pastèques explique que ce produit est récolté actuellement en abondance mais regrette la chute des prix. « Un pastèque qui était vendu à mille Franc le mois dernier coute aujourd’hui cinq cent Franc", dit-elle. Kankindi affirme que ces bonnes récoltes de certains produits vivriers en saison culturale résulte de bon encadrement des moniteurs agricoles et aussi de la disponibilité de l’engrais chimique et d’autres produits phytosanitaires même s’ils sont chers .

Dans cette province de Bubanza, selon les agriculteurs , les aubergines, les poivrons et les ognons sont également en grande quantité actuellement. La preuve en est que justifient ces agriculteurs, un kilo de pomme de terre non cultivée dans cette province de Bubanza qui s’achetait 900 franc le mois dernier coute aujourd’hui 600 Fr, un signe que cette denrée est en période de récolte dans les autres régions qui la produisent.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

212 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bururi -Rumonge : 8 « promoteurs » de grève des transporteurs arrêtés



a

ECONOMIE- Mwaro : une pénurie de mazout fait le bonheur des spéculateurs



a

Le prix du kilo de l’huile de palme grimpe



a

Bujumbura frappée par la pénurie du mazout



a

Rumonge : aucun navire congolais n’a accosté au port commercial ce lundi



a

Des boissons brarudi à destination de la RDC saisies au port commercial de Rumonge



a

Le Burundi abrite plus de 120 sites touristiques



a

Burundi : Un projet de budget prévoit une augmentation de la subvention des communes



a

Burundi : les contrôles douaniers effectués à la main à l’aéroport de Bujumbura



a

L’ARCT au côté des consommateurs des TICs





Les plus populaires
Bururi -Rumonge : 8 « promoteurs » de grève des transporteurs arrêtés ,(popularité : 76 %)

Bujumbura frappée par la pénurie du mazout,(popularité : 33 %)

ECONOMIE- Mwaro : une pénurie de mazout fait le bonheur des spéculateurs,(popularité : 6 %)

Le prix du kilo de l’huile de palme grimpe,(popularité : 6 %)

Burundi : La Regideso hausse le prix du courant électrique ,(popularité : 5 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 5 %)

Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est ,(popularité : 5 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 5 %)

L’appui budgétaire pour le Burundi baissera en 2012, prédit le FMI,(popularité : 5 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 5 %)